Hongrie-Angleterre : Sterling et Bellingham visés par des chants racistes, Boris Johnson monte au créneau

FOOTBALL Le Premier ministre britannique a dénoncé vendredi des insultes racistes « totalement inacceptables » au lendemain du match entre la Hongrie et l’Angleterre

N.S. avec AFP
— 
Raheem Sterling lors du match Hongrie-Angleterre, le 2 septembre 2021 au stade Ferenc-Puskas de Budapest.
Raheem Sterling lors du match Hongrie-Angleterre, le 2 septembre 2021 au stade Ferenc-Puskas de Budapest. — Laszlo Balogh / AP / Sipa

Des supporteurs hongrois s’étaient déjà signalés par des cris racistes lors du match contre la France (1-1) à Budapest, au cours du dernier Euro. Des incidents similaires ont eu lieu jeudi soir face à l’Angleterre, dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2022. Des médias britanniques, comme la BBC et Sky News, ont fait état de chants racistes ayant visé les joueurs noirs Jude Bellingham et Raheem Sterling pendant ce match facilement remporté 4-0 par les « Three Lions » (buts de Sterling, Kane, Maguire et Rice).

« Il est totalement inacceptable que des joueurs anglais aient fait l’objet d’insultes racistes en Hongrie la nuit dernière », a réagi ce vendredi le Premier ministre britannique Boris Johnson sur Twitter. Le chef du gouvernement conservateur a enjoint la Fifa à « prendre des mesures fortes contre les responsables pour garantir que ce genre de comportement honteux soit éradiqué pour de bon ».

« Je n’ai pas entendu cela » (les chants racistes), avait déclaré le capitaine de l’équipe d’Angleterre, Harry Kane, sur ITV après le match. « Je vais parler aux gars et voir s’ils ont entendu quelque chose », a-t-il ajouté. Si tel est le cas, cela sera signalé à l’UEFA qui, a-t-il espéré, sévira durement.

Un précédent en Bulgarie

Juste avant le début du match, les joueurs anglais avaient aussi été hués par la majorité des 60.000 supporteurs hongrois pour avoir posé le genou à terre afin de dénoncer le racisme.

En 2019, un match de qualification pour l’Euro 2020 remporté par l’Angleterre contre la Bulgarie avait été marqué par des débordements racistes, déclenchant l’indignation au Royaume-Uni et dans les instances européennes de football. En juillet dernier, Boris Johnson avait annoncé son intention d’interdire de stade les supporteurs de football ayant proféré des insultes racistes en ligne contre des joueurs, après de telles attaques visant trois joueurs noirs de l’équipe d’Angleterre à l’issue de la finale perdue de l’Euro contre l’Italie.