FC Nantes-Lyon : « Les victoires compliquées je m’en fous », réagit, soulagé, le coach lyonnais

FOOTBALL L'Olympique lyonnais a décroché son premier succès de la saison. Mais la défense, déjà pointée du doigt, a une nouvelle fois drôlement souffert

Frédéric Brenon
— 
Les Lyonnais savourent leur succès à Nantes.
Les Lyonnais savourent leur succès à Nantes. — S.Salom-Gomis/AFP

Au stade de la Beaujoire,

Avec seulement deux points pris en trois rencontres, un total de sept buts encaissés et un coup de gueule des supporters validé par le nouveau coach, l’Olympique lyonnais avait déjà clairement la pression avant d’affronter le FC Nantes ce vendredi soir. Pas étonnant donc de voir à quel point le succès étriqué (1-0) à la Beaujoire, grâce à un but de Dembélé à la 34e minute, a été accueilli avec soulagement par les Lyonnais. Au coup de sifflet final, les joueurs, Dubois en tête, sont ainsi restés plusieurs minutes sur la pelouse à se féliciter, puis à remercier leurs fans massés dans un coin de tribune.

« C’est une victoire très importante pour la confiance, reconnaît à chaud l’entraîneur Peter Bosz. Ça a été un peu compliqué mais les victoires compliquées je m’en fous. Il n’y a que les trois points qui comptent. » « Ce match était déjà crucial, admet le gardien Anthony Lopes, auteur de plusieurs parades déterminantes. On est allé chercher cette victoire au mental. J’ai vu des joueurs déterminés, on a fait corps tous ensemble. C’est un bon présage pour l’avenir. Ça nous libère un peu. On ne va pas relâcher le rythme maintenant j’espère. »

« On a un jeu à risque, on le savait »

Il faut dire que les Lyonnais ont une nouvelle fois affiché un double visage. Séduisants offensivement, à l’image des inspirations de Paqueta et d’Aouar, les Gones ont surtout beaucoup souffert en défense : 18 tirs subis, dont une demi douzaine d’occasions très franches. « On a un jeu à risque, on le savait. C’est une philosophie qui nous va. Même si c’est sûr que derrière ça laisse quelques espaces », analyse Anthony Lopes. La paire Diomandé-Da Silva, alignée en l’absence de Denayer (diminué) et de Marcelo (écarté), est apparue bien fébrile. L’ancien Rennais a d’ailleurs été logiquement expulsé après deux cartons jaunes. Inquiétant pour un prétendant au podium.

Fidèle à sa réputation de partisan d’un football spectaculaire, Peter Bosz, lui, a préféré insister après la rencontre sur le potentiel de son attaque. « Quand j’ai signé à Lyon tout le monde m’a dit que l’équipe marquait beaucoup de buts mais qu’elle en prenait aussi, lance le coach néerlandais. Moi je cherche l’équilibre et aujourd’hui j’ai vu vraiment des bonnes choses. On a joué, on a tenté, mais on aurait dû gagner plus largement. Avec les qualités qu’on a, la vitesse de Dembélé, la force de Paqueta, les dribbles de Karl [Toko Ekambi], on doit faire mieux. Les matchs seraient plus faciles. »

L’OL recevra Strasbourg lors de la cinquième journée, le 12 septembre.