OL-Clermont : Peter Bosz « d’accord » avec la banderole « bougez-vous ou cassez-vous » des supporters lyonnais

OLYMPIQUE LYONNAIS L'entraîneur de l'OL entend changer les mentalités au sein du vestiaire

W.P, avec AFP
— 
Peter Bosz
Peter Bosz — Mourad ALLILI/SIPA

Si les joueurs de l’Olympique lyonnais comptaient sur leur coach pour les protéger des critiques de supporters mécontents de leur rendement, c’est raté.  Peter Bosz a réagi à la banderole des Bad Gones, « bougez-vous ou cassez-vous », déployée vendredi en marge de l’entraînement de l’équipe. Le Néerlandais est « d’accord » et exhorte ses joueurs à changer de mentalité, alors que Lyon joue contre Clermont, dimanche.

« Je ne l’ai pas vue moi-même mais on m’a rapporté ce qui était écrit. Et je suis tout à fait d’accord avec ça », a répondu le technicien en réponse à une question sur le sujet en conférence de presse. « Changer les mentalités n’est pas facile. Je crois que les joueurs savent travailler et aller jusqu’au bout. Quand tu es en forme, tout le monde peut le faire et la réponse sera sur le terrain contre Clermont. C’est notre métier », a-t-il ajouté.

« Je l’ai dit dimanche (après la défaite à Angers, 3-0), le football commence par la mentalité. J’en ai parlé aux joueurs, je leur ai rappelé mais je ne devrais pas avoir à le faire, c’est la base mais j’ai vu de l’envie cette semaine à l’entraînement », a-t-il confié.

Le communiqué des Bad Gones

Le groupe Bad Gones a également diffusé un communiqué sur les réseaux sociaux dans lequel il fustige « une mentalité pourrie qui entoure notre équipe depuis trop longtemps ». « Quand ils arrivent à Lyon, certains se servent du club comme d’un simple tremplin, n’y mettant du cœur que lors des affiches prestigieuses […] ou enfilent leurs pantoufles, ne fournissant que les efforts minimums », ont-ils également dénoncé.

« Le centre de formation n’est pas épargné. Certains entament leur carrière professionnelle avec un ego surdimensionné et attendent du club qu’il cède à leurs caprices », a aussi souligné le groupe appelant « à lancer le grand ménage ». « Il est temps de nous débarrasser de gré ou de force de tous ceux qui pourrissent notre vestiaire pour ne garder que les éléments qui font preuve d’un état d’esprit digne de l’OL », ont-ils appuyé, « encourageant le club à poursuivre ce fastidieux travail de changement des mentalités ».