Stade Rennais : Jérémy Doku et Kamaldeen Sulemana, deux mobylettes encore en rodage

FOOTBALL Jeudi soir, les deux jeunes ailiers virevoltants de Bruno Genesio ont beaucoup tenté face à Rosenborg… Sans toujours réussir

Camille Allain
— 
Le Belge Jérémy Doku ici face au joueur de Rosenborg Carl Adam Andersson lors du match de Ligue Europa Conférence remporté par le Stade Rennais (2-0).
Le Belge Jérémy Doku ici face au joueur de Rosenborg Carl Adam Andersson lors du match de Ligue Europa Conférence remporté par le Stade Rennais (2-0). — L. Venance/AFP
  • Jeudi soir, le Stade Rennais a battu Rosenborg 2-0 pour son barrage aller de Ligue Europa Conférence et se déplacera en Norvège avec un avantage de deux buts.
  • Les jeunes ailiers Doku et Sulemana ont beaucoup tenté mais sans réussite jeudi.
  • Parfois brouillons, la jeune recrue ghanéenne et le phénomène belge doivent progresser dans la finition.

Au Roazhon Park.

Il avait du feu dans les jambes. Déjà titulaire à Brest dimanche, l’ailier du Stade Rennais Jérémy Doku semblait animé par une force intérieure ce jeudi lors du coup d’envoi du premier match d’un club français dans la toute nouvelle Ligue Europa Conférence. Bouillant, l’ailier belge a beaucoup tenté de déborder, usant et abusant de son coup de rein dont les défenseurs se méfient déjà. Plaisant mais trop souvent brouillon. De l’autre côté du terrain, le Ghanéen Kamaldeen Sulemana œuvrait dans un registre plus subtil d’évitement, mettant à mal l’arrière-garde de Rosenborg : petit ou grand pont, débordement sur la ligne de corner et contres éclair.

Malgré leurs jambes de feu, les deux ailiers n’auront pas réussi à être décisifs. Portés par un Benjamin Bourigeaud brillant, double passeur décisif pour les coups de tête de Nayef Aguerd et Serhou Guirassy, les Rennais ont tout de même accompli leur mission en battant Rosenborg (2-0) à l’occasion du barrage aller de cette nouvelle Coupe d’Europe. Pendant tout cet exercice aérien, Rennes a largement utilisé ses ailes. Mais il va lui falloir régler le plan de vol. Car jeudi soir, face à une modeste équipe norvégienne souvent dépassée, les deux ailiers rennais n’ont ni marqué, ni délivré de passe dé. A part à un centre tendu de Sulemana sorti par Hansen, les deux hommes n’ont pas cadré. « Je peux vous dire que quand vous êtes latéral et que vous avez des adversaires comme eux, vous regardez souvent la pendule », a tempéré Bruno Genesio à l’issue de la rencontre.

Le coach semble apprécier ce système en 4-3-3 où les deux ailiers agissent comme des électrons libres. « Même s’il y a du déchet, c’est toujours intéressant dans la création. J’ai beaucoup aimé le match de Jérémy (Doku). Il a beaucoup tenté, il s’est appliqué sur le repli aussi », a fait savoir leur coach. Recruté pour 25 millions d’euros l’été dernier, le Belge a livré un bon Euro avec la Belgique. Après un an d’adaptation à la Ligue 1, l’ancien joueur d’Anderlecht se sait attendu.

« Des fois, ils mettent des feintes à l’attaquant »

Son homologue sur l’aile gauche n’a pas pris le temps d’attendre. Buteur face à Lens lors de la première journée de Ligue 1, Kamaldeen Sulemana n’a pas flambé depuis sa praline plantée à Jean-Louis Leca. Depuis, l’ancien joueur de Nordsjaelland acheté 15 millions d’euros s’est fait plus discret, tant à Brest que jeudi face à Rosenborg.

Au-delà de leurs qualités de franchissement, il faudra guetter leur capacité à faire jouer les autres. Face aux Norvégiens, la relation avec Martin Terrier n’a pas toujours été évidente. Remplaçant mais buteur, Serhou Guirassy préfère en rire. « C’est un peu difficile, ils vont très vite. Des fois, ils mettent des feintes à l’attaquant », plaisante leur coéquipier. Avant de s’expliquer. « Quand ils ont le ballon, tu sais qu’ils peuvent dribbler. Donc tu te tiens prêt ». Les latéraux du FC Nantes sont prévenus. Dimanche, eux aussi devront se tenir prêt. Sous peine de prendre froid.