Hongrie-France : Hugo Lloris valorise la confiance du groupe bleu mais prévient, « le chemin est encore long »

FOOTBALL Le capitaine de l'équipe de France joue les pompiers pour prévenir tout départ d'enflammade

W.P.

— 

Les trois Mousquetaires
Les trois Mousquetaires — Darko Bandic/AP/SIPA

C’est fou ce qu’on se sent bien depuis la victoire inaugurale des Bleus contre l'Allemagne. Notre cœur est léger et gonflé à la confiance, c’est un ballon d’hélium. Le risque étant, bien sûr, de s'envoler trop haut et de se perdre dans la stratosphère. C’est ici qu’Hugo Lloris intervient, en bon gardien de but qu’il est. La confiance, oui, l’excès, non.

« C’est important, dans le sport en général, d’être confiant, a déclaré le capitaine de l’équipe de France en conférence de veille de match contre la Hongrie. Cette confiance est basée sur ce qui a été fait avant. Mais il n’y a pas d’extra-confiance. On respecte nos adversaires, on respecte la compétition. On connaît l’Euro​, on sait que chaque détail compte jusqu’à la fin. » La France en sait quelque chose pour avoir levé les bras trop tôt sur la ligne en 2016, un défaut qu’elle semble toutefois avoir corrigé comme en témoigne la deuxième étoile sur le maillot.

Garder l’envie et le tranchant

« C’est important d’être rentré dans la compétition de cette manière, ajoute Lloris. Il faudra s’appuyer sur cette solidité et solidarité, et garder cette envie d’être tranchant et tueur quand on aura le ballon. Mais il ne faut pas se voir trop beaux non plus, le chemin est encore très long. »

Etre tombé dans un groupe aussi relevé avec des matchs dans deux stades hostiles et un dernier contre le grand rival du moment, pousse forcément à la modestie. Et quoi de plus enthousiasmant qu’une équipe humble mais sûre de sa force. C’est décidé, en tant qu’observateurs, on continuera à s’enflammer jusqu’à tant que possible. Toujours plus haut, le ballon d’hélium.