Roland-Garros : « Je ne vais pas en faire un drame », Nadal philosophe malgré sa défaite contre Djokovic

TENNIS L'Espagnol a subi sa troisième défaite sur le Chatrier en quinze ans en quatre manches (3-6, 6-3, 7-6, 6-2)

J.L.

— 

Rafael Nadal salue la foule malgré la défaite contre Novak Djokovic en demi-finale de Roland-Garros.
Rafael Nadal salue la foule malgré la défaite contre Novak Djokovic en demi-finale de Roland-Garros. — Michel Euler/AP/SIPA

Si pour le suiveur que nous sommes, chaque défaite de Nadal à Roland ressemble à une réplique du 21 avril 2002, l’Espagnol a semblé beaucoup mieux vivre la chose que les observateurs, vendredi, après son troisième revers en carrière sur le Chatrier en quinze ans, le deuxième contre Djoko, l’autre meilleur joueur de l’histoire sur cette surface, sans doute.

« Que voulez-vous que je vous dise ? Après avoir gagné 13 fois, ça fait moins mal. Je sais aussi que les années passent et que les options de gagner ici ne sont pas éternelles. Mais je me sens bien, je ne suis pas non plus une personne qui fait des grandes célébrations quand je gagne, ni un drame quand je perds. Même si ce tournoi signifie tout ce qu’il signifie pour moi, je ne peux pas le gagner 15 ou 16 fois, je l’ai déjà gagné déjà 13 fois, et l’an prochain je reviendrai pour le gagner si je peux. Le match n’a pas été un désastre, et c’était contre un des meilleurs joueurs de l’histoire. La vie continue ».

«Pas le meilleur Djokovic que j'ai joué ici»

Une réaction mesurée qui correspond à l’image qu’on se fait du Rafa qu’on connaît, lequel ne s’est jamais fait une obsession de cette carotte des 20 ou 21 Grands Chelems, selon le score qu’il faudrait atteindre pour posséder le plus grand palmarès de l’histoire. Sur le match lui-même, Nadal a livré une impression plus surprenante, presque déçu par son niveau de jeu : « Ma balle ne faisait pas aussi mal que je le voulais en dehors du début du match. Je sais que je peux mieux jouer sur ce court, même si j’ai laissé tout ce que j’avais. Les conditions étaient un peu plus lentes qu’en journée, même si à aucun moment ce n’est une excuse. La balle était moins vive, il leur a manqué le petit plus qu’elles ont d’habitude ».

Il est vrai que l’Espagnol a déjà pu mieux jouer à Roland-Garros, mais de là à faire passer sa prestation du jour pour un brouillon oubliable, il y va un peu fort, sachant que de l’autre côté, Djokovic a placé son match dans son top 3 en carrière. Réponse de Rafa ? « Sincèrement, ce n’est pas ce que je ressens. Je ne pense pas avoir affronté le meilleur Djokovic à Roland-Garros, et je ne crois pas non plus qu’il ait joué le meilleur Nadal ici. Mais il a mieux joué que moi et mérite sa victoire. La vie continue ».