Roland-Garros : « Merci Manu ! »… Cette fois, le public a été autorisé à rester malgré le couvre-feu

TENNIS C’eut été dommage que cette demi-finale entre Djokovic et Nadal se termine à huis clos

Nicolas Camus

— 

La demi-finale Nadal-Djokovic, de nuit, avec du public.
La demi-finale Nadal-Djokovic, de nuit, avec du public. — Christophe Ena/AP/SIPA

A Roland-Garros,

Depuis de longues minutes déjà, le public du Chatrier faisait passer le message à chaque changement de côté. « On partira pas, on partira pas », chantaient les spectateurs, envoûtés par cette demi-finale entre Novak Djokovic et Rafael Nadal mais inquiets à l’idée de devoir quitter ces deux monstres à cause du couvre-feu. La mauvaise expérience de mercredi, lors du quart entre Djoko et Berrettini, avait marqué les esprits.

Et puis à 22h39 très précisément, la délivrance ! Juste après le gain du troisième set par le Serbe au terme d’un tie-break de folie, Marc Maury a annoncé la bonne nouvelle au micro : « Madame, Monsieur, en accord avec les autorités nationales, le match ira a son terme en votre présence. »

Youhouuuuuu.
Youhouuuuuu. - Michel Euler/AP/SIPA

Le speaker a dû s’y reprendre à deux fois pour bien se faire comprendre, et ensuite, ce fut du grand n’importe quoi dans les tribunes pendant les trois minutes suivantes. Des chants, des danses, une Marseillaise, et puis des « merci Manu ! », aussi. Bien vu. Le président de la République en personne a donné son accord aux organisateurs de Roland pour cette entorse aux règles sanitaires.

« Je voudrais remercier l’Elysée et Matignon de nous permettre d’aller au bout de ce suspense incroyable, de ce match de légende a déclaré dans la foulée Gilles Moretton, le président de la FFT, au micro de France Télévisions. On voyait cette possibilité arriver dans la programmation avec un risque, celui de deux matchs qui durent longtemps. Généralement, un match dure en moyenne 2h40. Là on dépasse la norme dans ces deux demi-finales d’exception. »

« Le plus grand match que j’ai joué ici à Paris »

Il est vrai que la première entre Tsisipas et Zverev avait déjà duré 3h40. Celle entre les deux favoris 4h11. Cet après-midi de feu ne pouvait se terminer à huis clos… « Je pense qu’il fallait aller au bout avec des spectateurs », a apprécie Moretton. Le public a été à la hauteur de la dérogation, avec une belle ambiance encore dans le 4e set, qui a vu la chute du roi Nadal.

Après une belle ovation au maître des lieux, qui ne remportera pas cette année son 14e Roland, les spectateurs n’ont pas été chiches avec son tombeur. Parfois boudé, le numéro 1 mondial a pu compter sur des applaudissements nourris pendant et après la rencontre. « Vous avez été formidables avec moi, merci beaucoup, a-t-il dit au micro juste après le match. C’est sûrement le plus grand match que j’ai joué ici à Paris. L’adversaire, l’ambiance, tout était parfait. »