Roland-Garros : Dominateur puis au bord du précipice, Tsitsipas est fier d’avoir su remporter un match « plein d’émotions »

TENNIS Le Grec est passé par tous les états lors de sa demi-finale contre Alexander Zverev ce vendredi

N.C.

— 

Stefanos Tsitsipas a battu Alexander Zverev en demi-finale de Roland-Garros, le 11 juin 2021.
Stefanos Tsitsipas a battu Alexander Zverev en demi-finale de Roland-Garros, le 11 juin 2021. — Thibault Camus/AP/SIPA

A Roland-Garros,

On a longtemps eu l’impression qu’il bouclerait ça en trois sets, mais en homme fier de ses racines, Stefanos Tsitsipas a apporté un peu de dramaturgie à cette demi-finale. Remonté par Alexander Zverev après avoir étrangement coupé le contact alors qu’il menait deux sets à rien, il est même passé tout tout près de la correctionnelle, en étant mené 0-40 dès le premier jeu de la cinquième manche. Mais le Grec a de la ressource, et il a fini par prendre le dessus sur l’Allemand pour se qualifier pour sa toute première finale en Grand Chelem – après avoir laissé filer cinq balles de match, histoire de rester dans le thème.

Au bord des larmes à la fin du match, et même un peu plus, il s’est souvenu du petit garçon qu’il était et de ce qu’il voulait faire de sa vie, consacrée tout entière au tennis dans les pas de sa mère, ex-grand espoir soviétique. « Je ne peux que penser à mes racines, d’où je viens, un tout petit endroit. Mon rêve était de jouer dans un grand stade comme ça, à Roland-Garros. C’est magnifique », a-t-il dit au micro de Marion Bartoli.

« Mon cœur et mon corps sur le court »

Premier joueur de son pays à disputer une finale dans un tournoi majeur, Tsitsipas ne pouvait pas être plus fier. « Il y avait beaucoup de personnes aujourd’hui qui brandissaient des drapeaux et me soutenaient en grec, ça a été très important pour moi. Je suis très content que la Grèce fasse partie davantage maintenant de la communauté du tennis. »

Un peu plus tard, en conférence de presse, il avait repris ses esprits. Plus posé, mais pas moins heureux de s’être tiré de ce guêpier. « Cette victoire signifie vraiment beaucoup, c’était un match difficile, plein d’émotions, j’ai dû traverser beaucoup de choses, a-t-il observé. A la fin ça a été un énorme soulagement. C’était épuisant, et je suis content d’avoir su boucler cette rencontre. »

A 22 ans, le numéro 5 mondial va maintenant découvrir les joies et les tensions d’une dernière marche vers la gloire. « Je n’ai jamais pensé que j’y parviendrai si vite, a-t-il assuré. Cette finale est source d’enthousiasme pour moi, je vais mettre mon cœur et mon corps sur le court. » Sur ce qu’on sait du bonhomme, on n’en doute pas une seconde.