Ligue des champions : La finale officiellement délocalisée à Porto devant au moins 12.000 supporteurs anglais

FOOTBALL L’UEFA a annoncé ce jeudi que le choc anglais entre Manchester City et Chelsea se jouerait au Portugal, comme l’an dernier. Et qu’il y aurait du public

N.S. avec AFP

— 

Le 29 mai, le stade du Dragon de Porto ne sera pas aussi rempli que lors de la cérémonie d'ouverture de l'Euro 2004.
Le 29 mai, le stade du Dragon de Porto ne sera pas aussi rempli que lors de la cérémonie d'ouverture de l'Euro 2004. — François-Xavier Marit / AFP

Il ne manquait que l’officialisation, tant la nouvelle avait fuité ces derniers jours. L’UEFA s’en est chargée ce jeudi. La finale de la Ligue des champions entre Manchester City et Chelsea, initialement programmée à Istanbul le 29 mai, aura bien lieu à Porto. L’Estádio do Dragão, ou stade du Dragon en VF, accueillera au moins 12.000 supporteurs anglais.

En raison des fortes restrictions de voyage entre le Royaume-Uni et la Turquie, le choix du stade Atatürk, sans fans britanniques, semblait de plus en plus difficile à justifier. La métropole turque devait déjà accueillir la finale l’an passé, avant d’être mise sur la touche face à la pandémie de Covid-19.

Une grande première à Porto

Et c’est déjà le Portugal, plus exactement Lisbonne, qui avait hérité d’un « Final 8 » à huis clos en août 2020, avec une finale remportée par le Bayern Munich face au PSG (1-0). Le communiqué de l’UEFA ne précise pas s’il y a un accord avec Istanbul pour l’édition 2022, aujourd’hui prévue à Saint-Pétersbourg.

L’antre moderne du FC Porto, deux fois vainqueur de la C1 (1987 et 2004), avait accueilli la finale de la Ligue des nations en 2019, mais jamais l’ultime match de la plus prestigieuse des compétitions européennes de clubs. L’instance a garanti à chaque club 6.000 billets, en vente dès jeudi aux supporteurs, en attendant de finaliser avec les autorités locales le nombre total de spectateurs autorisés.

Ceferin évoque « un compromis »

« Les supporteurs ont eu à souffrir pendant plus de 12 mois sans la possibilité de voir leurs équipes au stade. Les priver de la chance de vivre la finale sur place n’était pas une option, et je suis heureux de constater qu’un compromis a été trouvé », a réagi le président de l’UEFA Aleksander Ceferin.

Cette finale doit marquer le début de la fin de l’ère des huis clos, puisque l’Euro (11 juin-11 juillet) arrivera dans la foulée avec des stades partiellement remplis, dans une ambiance « sûre et festive » voulue par l’UEFA.

Dans un premier temps, le Royaume-Uni avait été pressenti comme solution de repli, d’autant que le pays va rouvrir partiellement ses stades aux spectateurs pour les deux dernières journées de Premier League.

Le Portugal sur la « liste verte » du gouvernement britannique

Si la solution semblait de bon sens pour un public essentiellement britannique, encore fallait-il que Londres permette aux médias, responsables et invités d’entrer sur son territoire sans quarantaine. Faute d’accord en ce sens, l’instance a dû se tourner en début de semaine vers le Portugal.

Ce pays figure sur la « liste verte » du gouvernement britannique, qui permet à ses ressortissants de voyager à partir du 17 mai dans 12 pays et territoires sans la contrainte de se mettre à l’isolement à leur retour.