Football : « Un grand homme au grand cœur », le TFC pleure Christophe Revault, son gardien emblématique

DISPARITION Le gardien de but, passé par le TFC dans les années 2000, est décédé brutalement jeudi au Havre

B.C.

— 

Christophe Revault, en 2004, alors gardien de but du TFC.
Christophe Revault, en 2004, alors gardien de but du TFC. — Valery HACHE / AFP
  • L’ancien gardien de but, Christophe Revault, est décédé brutalement jeudi au Havre.
  • Ses anciens coéquipiers au TFC, ainsi que le club des Violets, ont rendu hommage à celui qui a marqué la vie du Téf durant les années 2000.

« Tu nous donnais confiance alors que tu doutais toujours de toi… Ta bienveillance et ton humilité resteront gravées dans ma mémoire. Tu vas nous manquer ». Bryan Bergougnoux, tout comme de nombreux anciens de ses coéquipiers du TFC, vient de rendre hommage à  Christophe Revault, décédé brutalement à l'âge de 49 ans.

Gardien de but du Havre pendant plusieurs saisons, puis du PSG et de Rennes, il fut le portier emblématique des Violets. Aimé des supporters, « Tof » comme le surnommaient ses amis, fut de ceux qui n’ont pas quitté le navire lorsque le club a été rétrogradé en 2001 en National. « Quand tout le monde est parti en courant, il se sentait responsable de la descente aux enfers, et il est resté. C’est lui qui a entraîné Stéphane Lièvre, William Prunier et les autres. Il a porté ces gamins avec responsabilité, humilité, c’était quelqu’un de tortueux mais qui se sentait toujours responsable de tout le monde. Il avait cette capacité à porter les responsabilités pour les autres. Ça lui pesait, mais il le faisait », réagit Olivier Sadran, l’ancien président des Violets.

Marqué par la tragédie d’AZF

Parmi ces jeunes, il y avait Thibault Giresse qui pleure aujourd’hui « un grand homme au grand cœur », ou encore Cédric Fauré pour qui Christophe Revault a été « notre gardien, celui qui nous guidait pour tirer toujours le meilleur de nous et nous relever quand on n’était pas bien ».

L’année 2001 fut celle aussi qui marqua la vie du gardien de but en dehors des terrains. Le 21 septembre 2001, l’usine AZF explosait et lui perdait une partie de sa maison. Un événement qui l’avait marqué.

Ce qui n’avait pas empêché le capitaine du TFC à remonter la pente avec son équipe, en Ligue 2 d’abord, aux côtés des Emana, Taïder et Aubey. Jusqu’en 2006 et une blessure qui l’a éloigné des buts, avant de le voir repartir pour Rennes.