FC Nantes-Bordeaux : « C’est un attaquant complet et moderne »… Sékou Mara, un destin tout tracé

FOOTBALL Buteur face à Rennes, le jeune attaquant Sékou Mara, pur produit de la formation bordelaise, devrait une nouvelle fois débuter contre Nantes ce samedi (13 heures)

Clément Carpentier

— 

Sékou Mara devant le Rennais Eduardo Camavinga.
Sékou Mara devant le Rennais Eduardo Camavinga. — Daniel Vaquero/SIPA
  • Les Girondins de Bordeaux se déplacent à Nantes ce samedi (13 heures) avec l’objectif d’assurer définitivement leur maintien en Ligue 1.
  • Titulaire pour la première fois à 18 ans en L1 et buteur, Sékou Mara essaie de se faire une petite place dans cette fin de saison.
  • Repéré à l’âge de 10 ans par les Marine et Blanc, le fils de la journaliste Audrey Crespo-Mara est un pur produit du centre de formation.

C’est une histoire bien connue ! Celle du gamin qui brille lors de ses débuts dans le très médiatique monde du football et que tout le monde voit déjà le lendemain comme le futur Zinédine Zidane ou Thierry Henry. La France en raffole. Imaginez en plus que ce même gamin, qui au passage n’a rien demandé à personne, est un « fils de ». Là, c’est pratiquement le buzz assuré ! Et on comprend donc tout de suite mieux pourquoi Sékou Mara a terminé ce dimanche soir dans Voici et Closer alors que ces deux magazines people ne doivent même pas savoir où se trouve le Matmut Atlantique et/ou connaître la situation actuelle des Girondins de Bordeaux et encore moins sa composition d’équipe. Mais c’est comme ça !

En effet, au-delà d’avoir inscrit brillamment son premier but en pro lors de sa première titularisation en Ligue 1 et offert par la même occasion une victoire capitale aux Marine et Blanc dans la course au maintien, le jeune attaquant bordelais de 18 ans est le fils de la journaliste de TF1  Audrey Crespo-Mara. Alors évidemment ses moindres gestes risquent d’être scrutés tout au long de sa carrière. Et celle-ci pourrait bien être longue et remplie de succès car le footballeur Sékou Mara ne sort pas de nulle part. Il est l’un des jeunes talents français les plus suivis depuis le berceau. « Il était footballeur avant d’être né », s’amuse son papa Aliou Mara alors que selon la maman « il a vu le jour avec un ballon aux pieds ».

Le jeune homme aux origines sénégalaises est d’ailleurs repéré dès l’âge de huit ans par le Paris-Saint-Germain. « Il a toujours adoré le foot, c’est un vrai passionné et surtout il comprend très vite quand on lui apprend quelque chose », poursuit le paternel. Fan de Ronaldo (le vrai) et Didier Drogba, le petit Sékou jouera quatre ans pour le PSG avant de rejoindre l’ACBB pour continuer à jouer en pointe.

Repéré à 10 ans par les Girondins

Entre-temps, les Girondins ont déjà croisé le chemin de leur futur buteur. Dès l’âge de 10 ans, il le remarque. Trois ans plus tard quand il intègre l’INF Clairefontaine, le club lui fait signer un contrat de non-sollicitation comme beaucoup de jeunes qui entrent dans la pépinière du football français. Les semaines s’enchaînent entre le centre d’entraînement des Bleus et l’ACBB. Audrey Crespo-Mara ne lâche pas non plus son aîné sur l’école. Brillant (Bac S obtenu avant un an d’avance), Sékou Mara est aussi quelqu’un de fidèle, à 15 ans, il décide de prendre le TGV pour le centre de formation des Girondins alors que Lyon, Monaco ou Rennes lui font les yeux doux. « C’était son choix, explique Aliou Mara, avec sa maman on ne lui a jamais rien imposé, comme pour la signature de son premier contrat pro. » Et pourtant à ce moment-là, il y a un peu moins d’un an, l’AC Milan a tout fait pour qu’il ne le signe pas avec les Girondins selon les informations de 20 Minutes. Sans oublier que des clubs comme Everton ou Arsenal restent à l’affût.

Il faut dire que celui qui fréquente les équipes de France jeunes depuis plusieurs années a beaucoup de choses pour lui.

Il est grand (1,84 m), puissant (79 kg) mais très mobile, rappelle l’un de ses éducateurs, c’est un attaquant complet et moderne comme il en existe très peu aujourd’hui. Il a le profil presque parfait pour réussir en Ligue 1. »

Le jeune bordelais a un remarquable jeu dos au but, par exemple face à Aguerd et Da Silva, deux défenseurs expérimentés du championnat, il ne s’est pas fait secouer comme d’autres à son âge. Il a aussi une grosse caisse physique qui lui permet de faire des contre-efforts. « J’ai été un joueur de tête et j’ai rarement vu un joueur aussi fort dans le jeu aérien, c’est un phénomène. S’il n’a pas de pépins physiques, il gagnera sa vie avec le football. À quel niveau, Ligue 1, Ligue des champions ? Je n’en sais rien. En tout cas, même les pros commencent à être surpris par son potentiel… C’est bon signe ! », disait de lui Yannick Stopyra, responsable du recrutement des jeunes joueurs au centre de formation des Girondins, il y a quelques mois dans Le Parisien.

La tête et les jambes

Jean-Louis Gasset, lui, a loué son état d’esprit après la victoire face aux Bretons : « Depuis le début de la saison, je lui disais de continuer à travailler, mais il y a beaucoup de joueurs à son poste et ce n’était pas évident de le faire jouer. Il n’a jamais rechigné, on lui a donné du rab, on le faisait s’entraîner avec les jeunes du centre et il est récompensé sur ce match. » Jusqu’à son entrée à l’heure de jeu à Lorient il y a deux semaines puis cette première titularisation, Sékou Mara n’avait pas vraiment eu l’occasion de se montrer (24 minutes en trois matchs de Ligue 1). C’est chose faite, maintenant comme souvent le plus dur commence, c’est-à-dire confirmé ! Mais le gamin est mature et même s’il « était très très content après son but », dixit son papa, « le lendemain il était déjà passé à autre chose et à ce match de Nantes très important pour l’avenir du club (Bordeaux n’est pas toujours officiellement maintenu avec cinq points d’avance sur Nantes, 18e et barragiste). »

Sékou Mara, l'attaquant des Girondins de Bordeaux.
Sékou Mara, l'attaquant des Girondins de Bordeaux. - Daniel Vaquero/SIPA

Sékou Mara compte poursuivre sa progression, et à Bordeaux. Approché par Brest ou Strasbourg l’hiver dernier, l’attaquant sous contrat jusqu’en 2023 compte bien « réaliser une saison pleine avec les Girondins » avant de voir plus loin. Et si cela devait vite s’enflammer autour de lui, papa installé à Bordeaux et maman qui lui rend visite toutes les deux semaines sont là pour veiller au grain.