Monte-Carlo : Rafael Nadal attaque la saison sur terre battue « prêt et en confiance » (RIP la concurrence)

TENNIS L'Espagnol a pris le temps de se soigner après l'Open d'Australie et aborde sa période préférée en pleine forme 

N.C. avec AFP

— 

Rafael Nadal lors de Roland-Garros en octobre 2021.
Rafael Nadal lors de Roland-Garros en octobre 2021. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Parfois, Rafael Nadal arrive au début de la saison sur terre battue avec le corps qui coince de partout. Ce qui ne l’empêche pas, malgré de petits couacs par-ci par-là, de mater la concurrence dans les grandes largeurs. Alors cette année, on se fait beaucoup de soucis pour ceux qui espéraient gagner quelques tournois sur la surface préférée du taureau de Manacor. Car Rafa, que l’on avait quitté souffrant du dos en février en Australie, a bossé comme un petit fou ces dernières semaines et se dit désormais au top.

Un tableau très relevé à Monaco

« Je me sens bien, a affirmé d’entrée le numéro 3 mondial en conférence de presse avant le tournoi de Monte-Carlo. C’est une partie de la saison importante pour moi qui débute. Je pense que j’ai bien travaillé pour être prêt. Je suis content de la façon dont je joue et mon corps va bien actuellement. » Exempté de premier tour, l’Espagnol doit débuter le tournoi (qu’il a déjà remporté onze fois) mercredi face à Adrian Mannarino (35e) ou un qualifié.

Nadal sera encore le grand favori de Roland-Garros, fin mai, où il visera en juin un 14e sacre, pour devenir seul détenteur du record de victoires dans les tournois du Grand Chelem (21). Une perspective qui le fait saliver, évidemment. Mais avant ça, il va prendre le temps de bien régler la machine. Tout semble en place, en tout cas. « Honnêtement, je suis en confiance. Je pense que je joue bien, je me suis bien entraîné, avec une bonne intensité et une bonne charge de travail, donc je me sens prêt », a-t-il ajouté.

Tant mieux pour lui, car pour ajouter une douzième victoire à Monaco à son palmarès, l’Espagnol aura fort à faire. Le tableau est particulièrement relevé cette année, avec les présences de Djokovic, Medvedev, Tsitsipas, Rublev ou Sinner. De quoi bien se chauffer après ces longues semaines sans compétition.

« C’est vrai que je n’ai pas beaucoup joué, mais par le passé, j’ai eu de bons résultats même sans jouer beaucoup. Donc mon état d’esprit reste le même : essayer d’être prêt pour mercredi et avancer un jour après l’autre. J’espère rester en forme physiquement, c’est le principal, dit celui qui fêtera ses 35 ans début juin. Et si j’y parviens au cours du mois et demi qui vient, je pense que j’ai des chances de jouer à haut niveau. » Ses concurrents n’en doutent pas.