Coronavirus : Du fait de la pandémie, la Corée du Nord renonce aux JO de Tokyo

DIPLOMATIE La Corée du Sud misait sur ces jeux pour susciter une relance du processus de discussion avec Pyongyang

20 Minutes avec AFP

— 

Les anneaux olympiques et le drapeau du Japon, à Tokyo le 15 mars 2021.
Les anneaux olympiques et le drapeau du Japon, à Tokyo le 15 mars 2021. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Les sportifs de Corée du Nord ne verront finalement pas Tokyo. Pyongyang a en effet décidé de renoncer aux Jeux olympiques cet été « afin de protéger les athlètes de la crise sanitaire mondiale causée par le Covid-19 », a annoncé le ministère nord-coréen des Sports.

L’annonce du renoncement de Pyongyang, datée de lundi, a été publiée le lendemain sur le site Web du ministère des Sports. Elle fait référence à une réunion du comité national olympique nord-coréen du 25 mars. La tenue de cette réunion avait été rapportée par l’agence officielle de presse nord-coréenne KCNA sans toutefois mentionner la décision concernant les Jeux olympiques.

Pour la Corée du Nord, les JO sont plus qu’un simple événement sportif. Ils représentent aussi, et surtout, un moyen de faire de la diplomatie pour cette puissance nucléaire isolée du reste du monde. Sa participation aux derniers JO d’hiver à Pyeongchang, en Corée du Sud, avait ainsi été un facteur décisif dans le spectaculaire rapprochement intervenu en 2018 avec les Etats-Unis et la Corée du Sud. Kim Yo-jong, sœur du leader Kim Jong-un, avait assisté aux Jeux en tant qu’envoyée de son frère, et la participation nord-coréenne avait été entourée d’une grande publicité.

L’annonce faite mardi par Pyongyang met donc un terme aux espoirs de Séoul d’utiliser les Jeux de 2020, reportés à cet été en raison de la pandémie de coronavirus, pour susciter une relance du processus de discussion entre Pyongyang et Washington. Celui-ci est à l’arrêt depuis l’échec d’un sommet Kim-Trump à Hanoï, capitale du Vietnam, en février 2019.