Grange, le dindon de la Face

SKI Septième du géant, le Français n'a plus que le slalom pour remporter une médaille...

Romain Scotto

— 

Le skieur français Jean-Baptiste Grange, lors du géant des championnats du monde de Val d'Isère, le 12 février 2009.
Le skieur français Jean-Baptiste Grange, lors du géant des championnats du monde de Val d'Isère, le 12 février 2009. — S.Rellandini/REUTERS
De notre envoyé spécial,

Les règles de ces championnats du monde sont écrites. Les Suisses sont là pour toucher de l’or, les Autrichiens voient leurs leaders échouer les uns après les autres, et les Français progressent en espérant à chaque fois toucher du métal. Jean-Baptiste Grange, 7e à l’arrivée, n’était pas loin des meilleurs, Carlo Janka, Benni Raich et Ted Ligety, mais en lorgnant sur le podium, il n’a pu rattraper en deuxième manche la demie seconde concédée dans la matinée.

«Ça reste malgré tout une bonne journée», analyse le skieur de Valloire, voyant, juste derrière lui, les lauréats du jour récupérer leur médaille. «Je fais quand même l’un de mes meilleurs résultats en géant. J’avais envie de faire une médaille, mais n’ayant jamais fait de podium en Coupe du monde (dans cette discipline), ce n’était pas évident. J'ai tout simplement pas encore le niveau des plus forts.»

Les trois plus petits dossards devant


Après son échec en super-combiné, Grange était avant tout présent sur la Face pour se rassurer. Et se relancer dans l’optique du slalom de dimanche. C’est en partie le cas. Egalement engagé en deuxième manche, Gauthier de Tessières était lui un peu plus déçu à l’issue de sa course. De Tes’ aurait bien aimé s’offrir une remontée improbable, comme il y a deux mois. Mais avec 2’60’’ de retard, il n’aurait pu compter que sur un malentendu général.

«Je me suis fait un peu surprendre par la Face aujourd’hui. Le fait qu’il ait neigé ces derniers jours a changé la piste. Ça m’a surpris. Sinon, ça se joue sur le mental, mais aussi sur les bons dossards.» Bien vu. Sur le podium trônent les trois skieurs partis vendredi matin avec les plus petits dossards. Et comme il y a deux mois, le vainqueur se nomme Carlo Janka, un Suisse de 22 ans, surnommé «iceman» pour tous ses fans. Quand on vous dit que sur cette piste, les habitudes ne se perdent pas.