FC Nantes : Mickaël Landreau est bien associé à un projet de rachat du club

FOOTBALL L’ancien capitaine du FCN (1993-2006) travaille depuis plusieurs semaines sur ce projet

David Phelippeau

— 

Mickaël Landreau.
Mickaël Landreau. — PASCAL GUYOT / AFP
  • Lundi, France Football a indiqué que Mickaël Landreau (41 ans) tentait de monter un tour de table assez solide pour reprendre à terme le FC Nantes.
  • L’intéressé n’a pas démenti cette information.
  • Et pour cause : Landreau est bien associé à un projet de reprise composé d’investisseurs.

Il n’a pas confirmé, mais n’a surtout pas démenti. Lundi soir, sur le plateau du Late Football club, émission de Canal+, Mickaël Landreau (41 ans) a été interrogé sur le fait qu’il était annoncé derrière un projet de reprise du FC Nantes.

L’information sortie lundi par France Football n’a pas surpris l’ancien capitaine des Canaris, mais l’a davantage embarrassé. « C’est mon club de base, on peut rêver, a-t-il expliqué. Après, ce n’est pas parce qu’on rêve qu’on peut acheter. […] S'il y a des projets de reprise, qu’on me sollicite ou que je puisse avoir un impact par rapport à ce que j’ai pu faire, ce que je représente, que je suis aussi dans ma vie d’homme, c’est inévitable qu’à Nantes je suis évoqué. Mais le plus important aujourd’hui c’est que le club puisse travailler sereinement. »

Dans un rôle de manager général si ça aboutit…

En réalité, Mickaël Landreau est bien associé à projet de reprise composé d’investisseurs, dont pour l’heure 20 Minutes ignore les noms. La semaine dernière, on nous indiquait que le tour de table avançait de manière très solide. Selon les informations de 20 Minutes, celui qui a quitté le banc de Lorient en mai 2019 travaille même depuis plusieurs semaines sur la structuration sportive du club. Dans celle-ci, il devrait avoir un rôle de manager général. Des anciens Nantais pourraient débarquer si le projet de reprise aboutit… Ce qui est loin d’être acté surtout depuis les fuites dans la presse d’un dossier qui nécessite une grande confidentialité.

Les investisseurs ont-ils déjà pris langue avec le président Waldemar Kita ? Dans l’entourage de la direction nantaise, on nous affirme qu’il n’y a eu « aucun rapprochement ni de près, ni de loin ». La semaine dernière, Franck Kita, le directeur général délégué du FCN, affirmait n’être « à l’écoute de rien du tout » si un éventuel repreneur toque aux bureaux parisiens. Waldemar Kita, qui est exhorté par certains de ses proches à vendre, ne fermerait cependant absolument pas la porte à une éventuelle cession.