FC Nantes-LOSC : Le FCN fonce dans le mur, Domenech incite à ne pas céder à la « panique »

FOOTBALL Les Canaris se sont inclinés (0-2) contre le leader lillois ce dimanche à la Beaujoire

David Phelippeau

— 

Chirivella et les Nantais n'y arrivent toujours pas.
Chirivella et les Nantais n'y arrivent toujours pas. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
  • Les Canaris ont enchaîné un quinzième match sans victoire en perdant (0-2), ce dimanche, contre Lille à la Beaujoire.
  • Les Canaris ont « offert » les deux buts aux Lillois et ont réalisé une première mi-temps indigne d’une formation de L1.

Ce FCN version 2020-2021 restera quoi qu’il arrive dans l’histoire du club. Et la partie la plus sombre. Ce dimanche, en s’inclinant (0-2) contre le leader lillois à la Beaujoire, les Canaris ont enchaîné un quinzième match sans victoire. Et l’entraîneur Raymond Domenech occupe une place prépondérante dans cette cascade infernale en ayant à son actif quatre nuls et trois défaites depuis sa prise de fonction fin décembre.

Nantes est désormais barragiste (18e de Ligue 1) avec trois points de retard sur Lorient (17e), qui a un match en moins. « Il reste quatorze matchs, il faut prendre des points, c’est évident, a expliqué un Raymond Domenech, plus soucieux qu’à l’accoutumée en conférence de presse d’après défaite. On le sait, on le savait, ça se confirme, ça devient tendu, mais ne cédons pas à la panique. Il faut garder cette idée de vouloir jouer, de vouloir poser le jeu, de poser des problèmes à l’adversaire. »

Domenech a laissé ses joueurs parler entre eux à la pause

Sa formation a bien du mal à convertir ses idées en actes en attendant. Ce dimanche, alors qu’ils sortaient d’une prestation (un peu) rassurante à Saint-Etienne (1-1) mercredi, les Canaris ont touché le fond en première mi-temps. « Une première mi-temps horrible », pour Sébastien Corchia. « Je n’ai pas d’explication sur cette mi-temps, a reconnu l’entraîneur nantais, affirmant au passage qu’il aurait très bien « pu faire cinq changements à la pause ». On était un peu tétanisé. On a raté des passes simples. On n’a même pas réussi à se faire une bonne passe par moments… » Pire, les Nantais – comme s’ils avaient besoin de ça – ont « offert » le premier but et ils s’y sont mis à plusieurs pour cela. Fabio s’est cru sur un terrain de plage puis Girotto et Louza se sont gênés pour laisser David ouvrir le score (10e).

A la mi-temps, Domenech a laissé ses hommes s’expliquer seuls. « On s’est dit les choses… », a avoué Coco. Lille s’est mis à marcher et Nantes a alors fait illusion sans pour autant mettre une pression folle sur le but de Maignan. Mais, « il y a eu un mieux », selon Domenech. « Quand il faut réagir… Ça prouve que cette équipe a des qualités, des moyens. » Des moyens toutefois très limités et qui pourraient ne pas suffire pour garder sa place en Ligue 1. A l’image du deuxième but de David encore consécutif à une nouvelle perte de balle,cette fois-ci de Traoré. « Nos manquements techniques nous ont mis en difficulté et sur les deux buts qu’on encaisse, ce sont des erreurs grossières et même grotesques », peste Domenech.

Pour la première fois, le technicien nantais a confessé son inquiétude parlant « de situation compliquée ». « Mais quand ça prend l’eau, il faut être capable d’être tous ensemble pour écoper. Ce n’est pas en allant dans tous les sens qu’on s’en sortira. Mais c’est en rassemblant nos énergies. » Le FCN a encore deux matchs en une semaine : un mercredi en Coupe de France contre Lens à la Beaujoire et un autre autrement plus crucial à Angers dimanche. Une rencontre qui pourrait très bien conditionner l’avenir de Raymond Domenech sur le banc nantais.