Mercato OM : Le deal entre la Juve et l’OM pour Aké et Tongya plus financier que sportif ?

MERCATO OM Le directeur sportif de l’Olympique de Marseille Pablo Longoria a confirmé qu’un échange entre leur joueur, Marley Aké, et celui de la Juventus, Franco Tongya, était sur le point d'être finalisé

Adrien Max

— 

Marley Aké quitte l'Olympique de Marseille pour signer à la Juventus Turin.
Marley Aké quitte l'Olympique de Marseille pour signer à la Juventus Turin. — Daniel Cole/AP/SIPA
  • Le jeune joueur de l'Olympique de Marseille, Marley Aké va s'engager pour quatre ans et demi à la Juventus Turin. 
  • Franco Tongya, milieu de terrain de la Juventus Turin, où il n'a pas joué avec le groupe professionnel, fait le chemin inverse et va signer à l'OM un contrat de trois ans et demi. 
  • Cet échange/transfert revêt un intêret plus financier que sportif grâce au jeu des écritures comptables. 

Un tour de passe-passe made in Italie. Marley Aké, jeune joueur de 21 ans, et son club, l'Olympique de Marseille, recherchaient un point de chute lors de ce mercato hivernal, afin de trouver plus de temps de jeu. D’abord annoncé au Havre, en Ligue 2, ou à Nîmes, en Ligue 1, Marley Aké va finalement rejoindre la Juventus Turin, pour y signer un contrat de quatre ans et demi, selon RMC. Un retournement de situation pas si fou que ça.

Marley Aké va rejoindre les rangs de la Juve en échange de Franco Tongya, jeune italien de 18 ans, qui signera lui, jusqu’en 2024. Il n’a pas joué la moindre minute dans l’effectif professionnel italien, mais il est considéré comme un très bon espoir. Et sa situation pose problème au sein du club turinois : il demanderait une importante valorisation salariale ainsi qu’une prime à la signature alors que son contrat s’achève en juin. La Juve souhaiterait donc s’en séparer et Pablo Longoria, directeur sportif de l’OM et ancien responsable du recrutement à Turin, connaît bien le joueur.

« Opérations plus modernes »

« L’échange avec la Juventus ce sont des opérations plus modernes et actives », a avancé Pablo Longoria, lors de la présentation d’Arkadiusz Milik, mardi. Car si elle est présentée comme un échange, l’opération s’apparente d’avantage à un transfert sec avec une valorisation du prix des joueurs. Avec un avantage qui est plus financier que sportif.

Comme l’expliquait l’AFP dans un article l’été dernier sur « l’échange » entre Arthur, du Barça, et de Pjanic, de la Juve, « lors d’un transfert, le coût d’achat du joueur est étalé sous forme d’amortissement sur toute la durée de son contrat. En revanche, la plus-value à la vente (le prix de vente moins la valeur résiduelle du contrat du joueur) est immédiatement inscrite dans les comptes ».

Franco Tongya quitte la Juventus Turin, où il n'a pas joué avec le groupe pro, pour l'OM.
Franco Tongya quitte la Juventus Turin, où il n'a pas joué avec le groupe pro, pour l'OM. - Cristiano Mazzi/SPP/Shutterstock/SIPA

Court terme

Concrètement, si un club achète un joueur 10 millions d’euros pour un contrat de cinq ans, il inscrit 2 millions sur la ligne de dépense la première année de contrat, puis 2 millions la deuxième année, et ainsi de suite. Si parallèlement il vend un joueur 10 millions, le club inscrit 10 millions, moins le coût du contrat, sur la ligne des recettes. Sur la première année, le bilan est positif de 8 millions.

« En réalité ce ne sont que des écritures comptables, tu lisses l’opération à un moment qui est plus intéressant qu’un autre. Dans le cas de Aké et Tongya, ce sont deux joueurs formés dans leur club donc il n’y a pas de coût d’achat. Si tu prends Tongya à 5 millions sur 5 ans, ca te fait un million de dépenses, et que tu vends Aké 5 millions, ca te fait 5 millions de recettes. Tu as un bénéfice de +4 millions sur l’exercice », décrypte Urbastaga, supporteur de l’Olympique de Marseille qui suit les finances de son club de près.

« Ça donne de l’air pour finir l’année »

Les instances de l’UEFA commenceraient à se pencher sur la question, mais Urbastaga ne juge pas la pratique comme « immorale » : « C’est juste une valorisation comptable. Comme pour le prêt avec obligation d’achat, ça décale le montant du transfert. C’est juste des bricolages pour passer outre le fair-play financier, à hyper court terme. Ça donne de l’air pour finir l’année ». Une bouffée d’air essentielle pour l’Olympique de Marseille face à situation financière compliquée par la crise du Covid-19 et le fiasco Mediapro.

Mais on peut aussi trouver un enjeu sportif dans cette transaction, surtout du côté de l’OM. Franco Tongya est jugé comme un très bon espoir côté italien, et surtout Pablo Longoria le suit depuis un moment. Il n’a que 18 ans, et tout le temps d’exploser au milieu de terrain, alors que l’OM vient de vendre Morgan Sanson. Marley Aké, lui, ne devrait pas intégrer l’équipe première de la Juve, mais faire ses armes avec l’équipe réserve en 3e division. Ou se faire prêter dans un club de bas de classement de Serie A, ou en Serie B.