Vendée Globe : Doit-on s’inquiéter pour Sébastien Destremau, complètement seul dans le Pacifique ?

VOILE Dans la question de la semaine sur le Vendée Globe, « 20 Minutes » s’intéresse au cas du Toulonnais, dernier de la flotte

William Pereira

— 

Vendée Globe: Faut-il s'inquiéter pour Destremau, seul dans le Pacifique? — 20 Minutes

Sébastien Destremau nous refait le coup de la lanterne rouge du Vendée Globe. Le skippeur perdu en mer sur son bateau Merci n’est pas au bout de ses peines. Il vient de dépasser la Nouvelle-Zélande​ et basculera, après avoir croisé une ou deux îles sur son chemin, dans la route qui le mènera vers le point Nemo. Le tout, avec une machine mal préparée qui enchaîne avarie sur avarie. La dernière en date ? Une fissure à l’avant de son bateau. « J’ai carrément l’impression que le bout-dehors est cassé et se désolidarise du bateau », expliquait-il quelques jours plus tôt, tout en écartant le scénario d’un démâtage à venir. Il n’empêche. Est-ce bien raisonnable de basculer dans le plus vaste océan dans la solitude la plus totale (l’avant-dernier, Ari Huusela, compte 1.600 milles d’avance sur lui) ? C’est notre question de la semaine sur le Vendée Globe.