Vendée Globe : De l’eau dans la soute pour Thomas Ruyant, contraint de ralentir aux avant-postes

VOILE Thomas Ruyant a constaté la présence d'eau dans la soute avant de LinkedOut

W.P.
— 
Thomas Ruyant et son Imoca LinkedOut
Thomas Ruyant et son Imoca LinkedOut — LinkedOut

Presque au même endroit, au même moment. Quatre ans (à un jour près) après la collision avec un ofni qui l’avait contraint à l’abandon sur le Vendée Globe 2020, Thomas Ruyant revoit le spectre de la fin de course prématurée planer sur LinkedOut, alors qu’il faisait très bonne figure aux avant-postes avec un foil en moins au sud de la Tasmanie.

« Thomas Ruyant a constaté en début de soirée que la soute avant de son LinkedOut était remplie d’eau. Il a immédiatement arrêté le bateau et s’est mis à la cape, bout au vent », ont indiqué les organisateurs de la course autour du monde en solitaire sans escale.



Peu avant 22 heures (françaises), le skipper « a mis en action ses deux pompes afin de procéder à l’assèchement de ce compartiment étanche dont les cloisons sont fermées de telle sorte que l’espace de vie du bateau n’est pas concerné », selon les organisateurs. Dès que l’eau aura été évacuée, le navigateur « procédera à un examen complet du bateau pour réaliser un diagnostic définitif expliquant ce subit envahissement », ont-ils ajouté.

Un bateau à un foil

Au classement de mercredi à 17 heures, Ruyant naviguait en 2e position de la course, à l’approche de l’Océan pacifique, à moins de 16 milles nautiques du leader Yannick Bestaven (Maître Coq IV). Mais vers 21 heures l’écart avait grandi, atteignant plus de 50 milles.

Ruyant a connu le 25 novembre une avarie au niveau de son foil bâbord (côté gauche du bateau). Cet appendice permettant au voilier de pratiquement voler au-dessus de la mer s’est fissuré et le skippeur l’a retiré complètement de l’eau. Malgré cette avarie qui le prive de son foil pour le reste de son tour du monde, Thomas Ruyant a continué la course.