Stade Rennais - OM : André Villas-Boas aura-t-il tout bon pour la compo de Julien Stéphan ?

FOOTBALL L’entraîneur marseillais a balancé le 11 qu’il s’attendait à voir débuter mercredi dans le choc de cette 15e journée de Ligue 1

Camille Allain
— 
L'entraîneur de l'OM André Villas-Boas fonctionne avec une boule de cristal.
L'entraîneur de l'OM André Villas-Boas fonctionne avec une boule de cristal. — Dave Winter/BPI/SIPA

« Je ne vois pas d’absents, ils sont tous là, la meilleure équipe va jouer contre nous. Ça veut dire Traoré, Maouassa, Da Silva, Aguerd, Bourigeaud, Camavinga, Nzonzi, Niang, Truffert peut-être et Doku. J’attends plus ou moins la même équipe qui a joué contre Nice, avec le retour de Bourigeaud ». Julien Stéphan va-t-il donner raison à André Villas-Boas ? Lundi, l’entraîneur de l’Olympique de Marseille avait tenté un coup de bluff en dégainant la compo probable de son adversaire pour le choc de cette 15e journée de Ligue entre le Stade Rennais et l’OM (ce mercredi à 21 h). La démarche a en tout cas fait rire le coach breton. « Il y a différentes options. Je n’ai pas encore choisi », glissait dans un sourire Julien Stéphan, avant d’ajouter. « Je remarque qu’il n’a pas dû apprécier le match de Clément Grenier à Nice, puisqu’il lui préfère Benjamin Bourigeaud ».

Interrogé sur la forme olympique des Marseillais ces dernières semaines (six victoires de rang en championnat), le coach rennais a reconnu qu’il allait affronter « un très bon adversaire avec des joueurs de grand talent comme Payet ou Thauvin ». « Ce qui impressionne, c’est leur efficacité », estime Stéphan. L’efficacité, c’est exactement ce qui faisait défaut à ses joueurs, empêtrés dans une série de huit matchs sans victoire avant de battre Nice dimanche. « Cette victoire a fait beaucoup de bien. Je savais que ça allait tourner en notre faveur car nous produisions du jeu. Mais on manquait d’efficacité dans les deux surfaces », analyse le défenseur du SRFC Nayef Aguerd. « Il y avait plus de sourires, de joie sur les visages cette semaine », reconnaissait le coach.

Le Stade Rennais est-il obligé de gagner ce mercredi pour ne pas laisser un concurrent le distancer comme l’a annoncé André Villas Boas ? « On joue l’adversaire en forme du moment. Eux disent qu’ils visent le titre si Paris décélérait. Ils ont raison. Mais si c’est le cas, ce n’est pas un de nos concurrents directs », analyse le coach breton. Son défenseur abonde, mais prévient. « Nous ne sommes pas un adversaire à prendre à la légère ». En cas de victoire, l’OM prendrait huit points d’avance, avec deux matchs en moins. Un joli matelas.