Formule 1 : « J’ai vraiment vu la mort arriver »… Romain Grosjean raconte son crash

FORMULE 1 Deux jours après son terrible accident, le pilote français était l'invité du JT de 13h de TF1

N.C.

— 

Romain Grosjean évacué après son crash lors du GP de Bahreïn, le 29 novembre 2020.
Romain Grosjean évacué après son crash lors du GP de Bahreïn, le 29 novembre 2020. — Hamad Mohammed/AP/SIPA

Un peu moins de 48 heures après son accident très spectaculaire lors du Grand Prix de Bahreïn, dimanche, Romain Grosjean récupère bien. Le pilote français, qui a résisté à un choc d’une violence inouïe avant de réussir à s’extirper des flammes après l’explosion du réservoir de sa voiture, soigne ses brûlures aux mains. Un moindre mal, évidemment, quand on voit les images du crash. Invité du JT de 13h de TF1 ce mardi, il a raconté ce qu’il a ressenti sur le moment.

« Bien plus long que vingt-huit secondes »

« Je ne sais pas si le mot miracle existe ou si on peut l’utiliser, mais en tout cas ce n’était pas mon heure, a-t-il déclaré. Cela m’a paru bien plus long que vingt-huit secondes. Je vois ma visière qui devient tout orange, je vois les flammes sur le côté gauche de la voiture. Là, j’ai pensé à beaucoup de choses, notamment à Niki Lauda [le pilote autrichien sorti des flammes en 1976], en me disant que ce n’était pas possible, que je ne pouvais pas finir comme ça, pas maintenant, que je ne pouvais pas finir mon histoire en Formule 1 comme ça. »

Grosjean, 34 ans, a aussi pensé à ses enfants, bien sûr. « Pour eux, je me suis dit "il faut que je sorte". J’ai mis les mains dans le feu, j’ai clairement senti que mes mains étaient en train de brûler sur le châssis et puis j’ai senti quelqu’un qui tirait sur ma combinaison donc j’ai compris que j’étais dehors. »

Le pilote, forfait pour le GP du week-end prochain, espère qu’il pourra courir le tout dernier de la saison, à Abu Dhabi, le 13 décembre. Non conservé par Haas, il ne veut pas partir là-dessus.

« Il va y avoir un peu de travail psychologique à faire parce que j’ai vraiment vu la mort arriver, a-t-il dit. Les images, même à Hollywood je pense qu’on n’est pas capable de faire ça. C’est le plus gros crash que j’ai jamais vu de ma vie, avec la voiture qui prend feu, qui explose. La batterie aussi a pris feu, ce qui a rajouté énormément d’énergie dans l’impact. Je dirais qu’il y a un sentiment d’être heureux d’être en vie, de voir les choses différemment. Mais il y a aussi le besoin de remonter dans la voiture, si possible à Abu Dhabi, pour terminer mon histoire avec la Formule 1 autrement que de cette manière. »

Quoi qu’il arrive pour lui après cette saison, Romain Grosjean restera marqué à jamais par ce moment. Comment pourrait-il en être autrement. « C’était presque comme une seconde naissance, estime-t-il. Il y a énormément de gens qui m’ont envoyé des preuves d’amour, ça m’a beaucoup touché et, à certains moments, j’ai un peu les larmes aux yeux. »