Losc-Lorient : Lille peut-il rivaliser toute la saison avec le PSG ?

FOOTBALL Large vainqueur de Lorient dimanche soir (4-0), le club nordiste, deuxième de Ligue 1, n’est qu’à deux points du PSG après 11 journées

Francois Launay

— 

Les Lillois sont en pleine confiance
Les Lillois sont en pleine confiance — AFP
  • Large vainqueur de Lorient dimanche soir (4-0), le club nordiste, deuxième de Ligue 1, n’est qu’à deux points du PSG.
  • Avec son large effectif et une qualité de jeu, le Losc a des arguments à faire valoir.
  • Même si son calendrier démentiel d’ici Noël pourrait lui coûter des points.

Et si c’était vrai ? Fantasme absolu en début de saison, l’hypothèse de voir le Losc rivaliser avec le PSG pour le titre commence peu à peu à prendre de l’épaisseur. Large vainqueur de Lorient dimanche soir (4-0), le club nordiste n’en finit plus de marquer les esprits. Il y a deux semaines, son succès mérité sur la pelouse du Milan AC (0-3) avait déjà impressionné. Si la première défaite lilloise de la saison à Brest (3-2) juste avant la trêve avait calmé un peu les ardeurs dans la foulée, les chiffres sont là.

Après onze journées, le Losc, deuxième au classement, ne compte que deux points de retard sur le PSG. Deuxième meilleure attaque (21 buts), deuxième meilleure défense (7 buts), Lille est aussi, avec Lyon, l’équipe qui a le moins perdu en Ligue 1 (une défaite) depuis le début de saison. De quoi impressionner bien au-delà des Hauts-de-France. « C’est la seule équipe capable de contrarier et d’inquiéter le PSG cette saison. Ça peut amener un beau duel dans le championnat de France cette année », assure Christophe Pelissier, un entraîneur lorientais balayé dimanche soir.

Lille n’est pas la seule équipe à titiller le PSG

Forcément, n’allez pas faire dire aux Lillois qu’ils peuvent aller chercher le PSG. Histoire de prévenir tout excès de confiance, Jérémy Pied rappelle que d’autres concurrents directs pour le podium comme Lyon (3e), Monaco (4e) ou Montpellier (5e) sont en embuscade deux points derrière Lille. « On n’est pas tout seuls à être en haut du classement. C’est assez resserré au niveau du nombre de points. Il y a aussi des matchs en retard. La qualité de jeu est un bon indicateur mais c’est encore un peu tôt pour parler de titre de champion », sourit le défenseur lillois.

Pas d’enflammade non plus chez Christophe Galtier qui fera un premier bilan après les neuf matchs en trente jours que son équipe doit jouer d’ici la trêve hivernale. « Quand vous enchaînez les matchs, vous y laissez des forces, de l’énergie, des joueurs sur blessure ou sur suspension. On verra bien où on basculera à la mi-saison. Mais il ne faut pas s’endormir sur les compliments, ça ne fait pas partie de la maison », prévient le coach lillois.

Un calendrier chargé mais un effectif large

Reste que l’effectif lillois a de la ressource. Dimanche face à Lorient, quatre titulaires habituels (Fonte, Yilmaz, Sanches, Celik) manquaient à l’appel sans que l’équipe en pâtisse. La preuve que Lille n’a jamais été aussi bien armé. De là à rivaliser avec Paris ? Il y a un pas que personne ne franchit encore du moins jusqu’au 20 décembre, date d’un Lille-Paris qui sera un premier révélateur.