Vendée Globe : Mais pourquoi Jean Le Cam ne peut plus suivre les leaders? C'est la question de la semaine

VOILE Après avoir brillé les dix premiers jours, Jean Le Cam accuse le coup face aux foilers

William Pereira

— 

Pourquoi Jean Le Cam n'arrive plus à suivre les leaders? — 20 Minutes

Il avait étonné tout le monde en devançant le reste de la flotte du Vendée Globe​ dans l’Atlantique nord, depuis plusieurs jours, Jean Le Cam ne cesse de perdre du terrain. D’abord déchu par Alex Thomson, il a été bouté du podium par Thomas Ruyant et Charlie Dalin. Maintenant, sa place dans le top 5 est menacée par Louis Burton et Kevin Escoffier.

Notre question de la semaine, rendez-vous hebdomadaire sur 20 Minutes pendant la durée de la course, est donc très simple : pourquoi le roi Jean recule aussi vite au classement (et comment avait-il pu tenir jusqu’ici ?)

L’avis de Michel Desjoyeaux

Pour ceux qui veulent approfondir, on vous laisse en bonus et en intégralité une citation du double-vainqueur du Vendée Globe Michel Desjoyeaux : « Dans les conditions de mer [agitée, comme en première semaine], les bateaux qui ne volent pas peuvent marcher plus facilement à leur maximum. Ce qui rend brutal le comportement d’un foiler, c’est qu’il sort au-dessus de l’eau, les foils décrochent et le bateau retombe dans la vague. Alors qu’un bateau qui flotte tout le temps [comme celui de Jean Le Cam], certes il tape mais il retombe de beaucoup moins haut. Et comme il a une vitesse un peu inférieure ça fait quand même beaucoup moins mal. Donc c’est plus facile de faire naviguer à 100 % ou proche des 100 % dans toutes les conditions, y compris les plus difficiles, un bateau qui ne vole pas. »