Ligue Europa : Le Losc doit-il vraiment jouer l’Europe à fond cette saison ?

FOOTBALL Le club nordiste connaîtra ses adversaires ce vendredi midi lors du tirage au sort de la phase de poules de la Ligue Europa

Francois Launay

— 

Benjamin André lors du match de Ligue des champions face à Valence
Benjamin André lors du match de Ligue des champions face à Valence — JOSE JORDAN / AFP
  • Quatrième de Ligue 1 l’an passé, le Losc est qualifié pour la phase de poules de la Ligue Europa dont il connaîtra ses adversaires ce vendredi.
  • Pas sûr cependant que le club nordiste joue la compétition à fond vu que sa priorité sera de finir sur le podium de Ligue 1 pour retrouver la Ligue des champions.
  • Michel Seydoux, ancien président du club, raconte pourquoi il ne faisait pas de la Ligue Europa une priorité pour le club.

Officiellement, le Losc la jouera à fond. Qualifié pour la Ligue Europa après avoir terminé quatrième d’une saison avortée par le Covid, le club nordiste connaîtra ses adversaires de la phase de poules ce vendredi lors du tirage au sort organisé à Nyon (Suisse).

Promis, juré, comme tous les clubs français engagés dans cette compét depuis sa création, le Losc va tout faire pour aller le plus loin possible. Le palmarès des clubs français parle d’ailleurs pour eux : aucun succès dans l’épreuve depuis 1971, date de naissance de la C3.

Un calendrier ramassé en raison du Covid

Et très sincèrement, on voit mal comment Lille changera le cours des choses cette année. Surtout avec une phase de poules aussi ramassée cette saison en raison du Covid qui fait démarrer la compétition un mois plus tard que d’habitude. Du coup, Lille va devoir se coltiner six matchs européens en huit semaines tout en jouant en Ligue 1 le week-end.

Plus que jamais, il va sans doute falloir choisir entre Ligue Europa et Ligue 1. A priori, le club misera sur le championnat historie de retrouver le plus vite possible la Ligue des champions bien plus prestigieuse. Mais vu que personne en poste au club ne le dira aussi ouvertement, on est allé poser la question aux anciens lillois. Et on n’a pas été déçu. Président du Losc de 2002 à 2017, Michel Seydoux n’y va pas par quatre chemins.

Seydoux disait à ses coachs de privilégier la L1 à la Ligue Europa

« On trouve ça toujours sympa de jouer une Coupe d’Europe mais après on regarde si on a les moyens de la jouer. Et si on n’a pas les moyens, hé bien on ne la joue pas », répond très franchement l’ancien dirigeant. D’ailleurs, à l’époque, Seydoux n’hésitait pas à aller dans le bureau du coach pour lui annoncer la couleur. « Je lui disais toujours qu’on ne pouvait pas tout faire et que ma priorité était de finir sur le podium de la Ligue 1 pour jouer la Ligue des champions car c’est ça qui ramenait de l’argent au club. »

Si les dotations de la Ligue Europa ont augmenté ces dernières années, la deuxième Coupe d’Europe reste à des années-lumière de la Ligue des champions financièrement. « A mon époque, la Ligue Europa rapportait que dalle. Pire, elle nous coûtait du pognon. Vous alliez à l’autre bout de la terre et on ne vous donnait rien pour le faire (rires). On jouait souvent dans des stades inconnus, introuvables et inaccessibles. Ça nous coûtait et ça nous pompait de l’énergie. Au final, ça ne nous rapportait que du prestige mais ce n’était pas suffisant », poursuit l’ancien boss du Losc.

Des joueurs fans de la Ligue Europa

Si le dirigeant ne s’y retrouvait pas financièrement en Ligue Europa, les joueurs en ont ramené des tonnes de souvenirs. Milieu de terrain au Losc de 2003 à 2011, Stéphane Dumont a les yeux qui s’écarquillent quand on lui parle de la C3.

« Je n’en garde que des bons souvenirs. On découvre des footballs différents. Je me souviens encore de matchs à Liverpool ou encore à Fenerbahçe. C’étaient de grands moments et les joueurs faisaient tout pour avancer le plus loin possible dans la compétition. C’est vraiment très sympa à jouer et ça permet aussi de concerner l’ensemble de l’effectif », confie celui qui est désormais entraîneur adjoint au stade de Reims.

« Même quand vous gagnez une coupe Intertoto au fin fond du Portugal, vous êtes super heureux »

D’ailleurs, peu importe le pompage d’énergie, peu importe le manque de prestige comparé à la Ligue des champions, peu importe aussi ce qu’en pensent les dirigeants : les joueurs aiment jouer ce genre de matchs. Ce que reconnaît aisément un certain… Michel Seydoux.

« Les joueurs n’en avaient rien à foutre de ce qu’on disait. Eux, ils jouaient et se donnaient à fond quoi qu’il arrive. On ne pouvait pas choisir à leur place. Mon sentiment se heurtait à la réalité. Il n’y a pas un joueur qui n’a pas envie de jouer une Coupe d’Europe quelle qu’elle soit. Même quand vous gagnez une coupe Intertoto à 3 heures du matin au fin fond du Portugal, vous êtes super heureux », conclut l’ex-dirigeant.