Dany Perray se lance dans un triathlon de 5.000 km en Loire-Atlantique

SOLIDARITE Le Nantais va nager, faire du vélo et courir pendant près de quinze jours pour l’autisme chez les enfants

David Phelippeau

— 

Dany Perray sur l'épreuve de course à pied.
Dany Perray sur l'épreuve de course à pied. — Arnaud Masson
  • Vendredi soir, à Frossay, Dany Perray, ultra-triathlète, va prendre le départ de La 5000, une épreuve de 5.000 km.
  • Le Nantais de 52 ans se prépare depuis un an à réaliser 100 km de natation, 4.000 km à vélo et 900 km de course à pied.
  • Dany Perray et sa team (Iron France) font ça pour une cause : l’autisme chez les enfants.

Ne lui dites surtout pas qu’il s’apprête à réaliser un exploit. Dany Perray, 52 ans, préfère parler d'« aventure humaine ». Entouré de toute sa team Iron France, ce Nantais – « je suis né à Nantes, je vis à Nantes et j’y travaille [manager à la Sémitan] » – s’apprête à réaliser à partir de vendredi une véritable prouesse sportive et humaine. Son nom :  La 5.000. Son objectif : parcourir, au départ du Migron à Frossay, 5.000 km avec 100 km de natation ce week-end, 4.000 km à vélo du 13 au 21 septembre et enfin 900 km de course à pied du 22 au 27 septembre. « Une aventure qui peut paraître inhumaine », selon ses propres termes, pour une cause : l’autisme chez les enfants.

Dany Perray sur l'épreuve de natation.
Dany Perray sur l'épreuve de natation. - Arnaud Masson

« La rencontre avec des enfants autistes m’a transformé, raconte ce père de famille. J’ai été touché par leur beauté intérieure. » A tel point que tous les challenges qu’il se fixe depuis cinq ans, Dany les accomplit toujours pour ce trouble du neuro-développement humain. Il est par exemple le 30e français en 150 ans à avoir traversé la Manche à la nage en 2018 (60 km). « S’il n’y avait pas l’autisme, je n’aurais aucune raison de faire ce que je vais faire et de connaître cette douleur », avoue celui qui entraîne le Bouguenais club triathlon.

L’importance de la préparation mentale

Pour réaliser La 5000, l’ultra-triathlète s’entraîne depuis un an, à raison « de 20 à 25 heures d’entraînement hebdomadaire ». Il faut ajouter à cela les séances chez le kiné ou chez l’osthéo ou encore une grosse préparation mentale. Car pour nager non-stop 35 h, le psychologique dicte le physique. « Mon corps est préparé à ça. Ce sont des distances qui sortent de l’ordinaire, mais j’ai une capacité à les absorber. La fatigue est une émotion, comme la peur, elle est contrôlable. » Vendredi à 18 heures, il va prendre le départ d’une épreuve qu’il n’a jamais réalisée, jamais tentée : 100 km de natation, soit 20 boucles de 5 km, au Quai Vert à Frossay, dans le canal de la Martinière. « Je fais une boucle de 5 km, elle est oubliée et je repars… », précise celui qui ne fait des triathlons que depuis dix ans.

Dany Perray sur l'épreuve de vélo.
Dany Perray sur l'épreuve de vélo. - Arnaud Masson

Dany garde évidemment « dans un coin de sa tête » qu’il peut être paralysé par une blessure. « C’est quelque chose qui est acceptable, intellectualise-t-il. Mais, on ne parle pas d’abandon ou d’échec. Ce sont seulement les journalistes qui nous demandent ça. Nous, on parle d’acquis d’expérience. Et surtout, on ne connaît pas la notion de limites, on va toujours au bout de ce qu’on peut donner ! Donner de soi pour les autres, c’est ma philosophie de vie. »

Il est possible d’accompagner Dany Perray (contre une participation financière reversée aux enfants autistes) sur le vélo et la course à pied. Inscriptions sur le site de La 5000