Bordeaux-Nantes : « Juste d’être là au stade, c’est un kif ! »... La Ligue 1 a repris ses droits pour le plus grand plaisir de tous les acteurs

FOOTBALL Malgré un tristounet match nul et vierge entre les Girondins et les Canaris, tout le monde était avant tout heureux de retourner au stade

Clément Carpentier

— 

La Ligue 1 a fait son retour ce vendredi.
La Ligue 1 a fait son retour ce vendredi. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Bordeaux et Nantes ont fait match nul (0-0) à l’occasion de la reprise de la Ligue 1.
  • Une rencontre sans relief mais le plus important était bien sûr ailleurs après presque six mois d’arrêt.
  • Si les supporteurs sont très heureux de retrouver les tribunes, les joueurs avouent que le contexte n’est pas évident à gérer sur le terrain.

On voulait la revoir, on l’a revu ! Et rassurez-vous la Ligue 1 n’a pas changé. Elle n’a pas pris une ride six mois plus tard. On a eu le droit à un bon 0-0 des familles entre les Girondins et le FC Nantes au Matmut Atlantique. Les premiers ont au moins une excuse, ils ont joué 70 minutes à 10 après l’expulsion du jeune Mehdi Zerkane. Mais bon, « le principal n’était pas là, pour Guillaume un supporteur Marine et Blanc, je n’en avais un peu rien à faire du match, juste d’être là au stade, c’est un kif ! ». Et ils ne seront pas beaucoup à dire le contraire après cette disette.

Pas même le plus déçu de la soirée, l’entraîneur des Canaris Christian Gourcuff : « Déjà de pouvoir rejouer, ça suffit à notre bonheur aujourd’hui. Après bien sûr qu’on peut mieux faire. Mais retrouver la compétition, ça fait du bien à tout le monde. » Peu importe si le match s’est résumé à deux petites frappes cadrées. D’ailleurs, c’est finalement Mr Bastien que l’on a le plus vu avec pas moins de cinq jaunes et un rouge. Lui était bien prêt. Les supporteurs, aussi. C’est sûrement la grande satisfaction.

Des applaudissements, des chants, des noms d’oiseaux…

On a revu du monde en tribune et tout le monde s’est bien comporté. Avec une jauge de 5.000 personnes, la distanciation physique a bien été respectée. Madame la Ministre peut être rassurée. « Ça fait plaisir de revenir au stade malgré cette atmosphère particulière de "semi-huis clos". C’est plaisant d’entendre de nouveau quelques chants malgré l’absence des ultras qui sont les garants de l’ambiance dans ce stade. » Eh oui, aujourd’hui, les amoureux du ballon rond peuvent se satisfaire de peu… Cela faisait tellement longtemps qu’on n’avait pas entendu des applaudissements, des sifflets, des noms d’oiseaux…

Maintenant, il faudra voir sur le long terme car « même s’il faut s’habituer à ce genre d’ambiance, ça reste très particulier », avoue le portier nantais Alban Lafont. Par moments, il aurait presque pu taper la causette avec son compère bordelais à l’autre bout du stade. Dans une enceinte si vide, ça peut parfois en effet sonner très creux. Et pour l’instant, en Ligue 1, il n’y a pas les bruits d’ambiance comme en Coupe d’Europe. « C’est pas plus mal, explique Delphine maillot des Girondins sur le dos, au moins c’est authentique et puis comme ça, on peut entendre les joueurs. Bon, bien sûr, je préférais que le stade soit plein. »

Difficile pour les joueurs de se motiver

Finalement, ceux qui semblent avoir le plus de mal avec ce contexte, ce sont bien les joueurs à l’image de Laurent Koscielny : « On le savait, après c’est vrai que pour la motivation, c’est vraiment compliqué. On préfère avoir un stade plein, des ultras derrière nous. On espère juste maintenant que la jauge évoluera et qu’on ait un peu plus de monde dans le stade. » Et ça, ce n’est pas gagné ! Parlez-en à Jean-Louis Gasset, le coach bordelais : « Je suis très inquiet. Je crains le pire pour la suite ! Par exemple, là on donne deux jours de repos aux joueurs, ils vivent comme tout le monde donc il y a un risque. » Le risque de voir une ribambelle de matchs reportés et plus personne en tribune si l’épidémie repart de plus belle.

« On fait du sport pour le spectacle, rappelle Alban Lafont, c’est très bizarre mais on doit s’y habituer. On est professionnel, il faut faire avec. » En effet, sans trop se mouiller, on peut dire que ça va durer encore un petit bout de temps. Alors si on veut continuer à retrouver notre Ligue 1 au fur et à mesure, il faut bien écouter le professeur Jean-Louis Gasset : « Bon week-end et surtout soyez sages (sourires) ! »