Knysna : « Si je croisais Domenech, on pourrait discuter », assure Anelka qui n’en veut pas au sélectionneur

FOOTBALL Un documentaire Netflix qui sort mercredi revient sur la fin de carrière de Nicolas Anelka, notamment l'épisode de la Coupe du monde 2010

J.L.

— 

Nicolas Anelka, le 5 mars 2019.
Nicolas Anelka, le 5 mars 2019. — FAROOQ NAEEM / AFP

Promis après on n’en parle plus, mais là on est un peu forcés. Douze ans après Inclassable, Nicolas Anelka est de nouveau le personnage central d’un documentaire annoncé en grande pompe par Netflix. L’Incompris, qui sort mercredi sur la plateforme américaine, reviendra sur les dernières années de la carrière de l’ancien Parisien, sans omettre la Coupe du monde 2010 et le fameux drame de la mi-temps contre le Mexique.

Insulte ou pas insulte, le débat a été tranché depuis longtemps malgré les versions divergentes des uns et des autres. La réalité était beaucoup moins dramatique que ce que qu’on a pu écrire à l’époque. Nicolas Anelka, qui entend grâce à ce documentaire dissiper un peu la personnalité clivante qu’il a pu construire depuis tout jeune, a pourtant confié au Parisien qu’il n’en voulait pas spécialement à Raymond Domenech, depuis le temps.

« Je n’ai aucune rancœur et sachez qu’avant Knysna, on avait vraiment de très bons rapports. Et oui ! Mais je ne lui ai plus reparlé depuis. Je lui en veux en peu quand sa mère a déclaré publiquement qu’elle n’acceptait pas mes "insultes". Lui, il savait que ce n’était pas ça et aurait dû le dire à ce moment. Une parole de mère, ça me touche et là, Raymond aurait dû parler. Mais si on se croisait par hasard, je crois qu’on pourrait discuter. » C’est un peu tard pour ça, semble-t-il.