Mort d'Emiliano Sala : Le pilote manœuvrait « trop vite » et n'avait « aucune formation en vol de nuit »

DRAME Il aurait aussi manoeuvré à une vitesse trop élévée

20 Minutes avec AFP

— 

Le portrait d'Emiliano Sala affiché aux grilles à la Beaujoire.
Le portrait d'Emiliano Sala affiché aux grilles à la Beaujoire. — Michel Euler/AP/SIPA

L'AAIB a rendu son enquête sur la crash aérien qui a coûté la vie à Emiliano Sala et vraisemblalement à son pilote, dont le corps n'a jamais été retrouvé, Dave Ibbotson. Le pilote aurait effectué une manoeuvre à une vitesse excessive, qui a entraîné la dislocation de l'appareil, a conclu le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB).

Dans leur rapport définitif publié vendredi, les enquêteurs estiment que le pilote a perdu le contrôle de l'appareil lors d'une manoeuvre probablement destinée à éviter le mauvais temps. Le pilote David Ibbotson, dont le corps n'a jamais été retrouvé, aurait aussi « probablement » été intoxiqué au monoxyde de carbone.

« Une perte de contrôle a été rendue plus probable parce que le vol n'a pas été effectué conformément aux normes de sécurité applicables aux opérations commerciales, explique le rapport. Cela s'est manifesté par le vol effectué selon les règles de vol à vue de nuit dans de mauvaises conditions météorologiques, malgré le fait que le pilote n'avait aucune formation en vol de nuit et un manque de pratique récente en vol aux instruments. »

Aucune chance de survie

L'avion était lancé à une vitesse de 270 miles par heure (435 KM/h) au moment de l'impact avec l'eau, selon l'AAIB, ce qui excluait la possibilité de survie. Dans un communiqué, Crispin Orr, inspecteur en chef des accidents aériens a souligné que les enquêteurs avaient « fait des recommandations de sécurité importantes qui, si elles sont pleinement mises en oeuvre, réduiraient de manière significative les risque qu'un tel accident se reproduise ».

Les recommandations portent sur le fait de rendre obligatoire la présence d'un détecteur de monoxyde de carbone à bord des avions équipés d'un moteur à pistons et sur l'amélioration du suivi des qualifications des pilotes. Le petit avion privé à bord duquel se trouvait le joueur de 28 ans et son pilote s'était écrasé dans la Manche le 21 janvier 2019. L'attaquant du FC Nantes rejoignait le club de Cardiff, où il venait d'être transféré, pour 17 millions d'euros.

Le corps du joueur, dont la disparition avait provoqué une forte émotion dans le monde du football et au-delà, avait été retrouvé dans la carcasse de l'appareil, plus de deux semaines après l'accident, à 67 mètres de profondeur.