Saut à la perche : Pourquoi les exploits d’Armand Duplantis sont une bénédiction pour l’athlétisme

ATHLETISME S'il n'a pas réussi à établir un nouveau record du monde mercredi soir à Liévin, le perchiste suédois arrive à point nommé pour redorer le blason de son sport

Francois Launay

— 

Armand Duplantis n'a pas réussi à franchir la barre des 6,19m mercredi soir à Liévin
Armand Duplantis n'a pas réussi à franchir la barre des 6,19m mercredi soir à Liévin — Michel Spingler/AP/SIPA
  • Armand Duplantis a tenté un nouveau record du monde du saut à la perche mais a échoué à passer 6,19 m mercredi soir à Liévin.
  • Un petit échec qui ne remet pas en cause le statut de ce jeune Suédois de 20 ans en passe de devenir la nouvelle star de l’athlétisme mondial.

Commençons par la seule petite fausse note de la soirée. En ratant à trois reprises la barre placée à 6,19 m, Armand Duplantis n’a pas établi un nouveau record du monde du saut à la perche mercredi soir au meeting de Liévin. A force de passer un cap de semaine en semaine, on s’était habitué aux exploits du jeune Suédois de 20 ans, homme le plus haut du monde depuis un saut à 6,18m établi le 15 février à Torun (Pologne). En plus, Duplantis est vraiment passé tout près de l’exploit à son deuxième essai dans le Pas-de-Calais. Mais aucun regret chez cet athlète à peine sorti de la période acnéique.

« J’ai bien sauté. Et maintenant tout le monde sait que je suis capable de passer cette barre. Les gens attendent beaucoup de moi maintenant. J’essaie de sauter aussi haut que possible et de répondre à leurs attentes », raconte la nouvelle star de l’athlé mondial. Ravi de l’ambiance nordiste, « Mondo » Duplantis a bien chauffé le public.

Avec sa course d’élan au son du tube Levels d'Avicii, il a fait monter la température de quelques degrés dans un stade couvert qui n’avait d’yeux que pour lui. Il suffisait de voir le nombre de selfies demandés à sa sortie de zone mixte pour se rendre compte du nouveau statut pris par le recordman du monde. De quoi réjouir les autres perchistes à l’image du Français Mathieu Collet, présent au meeting de Liévin.

« C’est un gamin de 20 ans qui connaît la consécration du nouveau roi »

« Il apporte un vent de fraîcheur à l’athlétisme. C’est un gamin de 20 ans qui connaît la consécration du nouveau roi. C’est génial car ça apporte un coup de projecteur monumental sur la perche qui est une discipline qui mérite d’être plus connue aux yeux du grand public. C’est fabuleux d’avoir un athlète comme ça dans nos concours. Il inspire beaucoup de gens et nous motive à mort. »

Et il n’y a pas que chez les perchistes que Duplantis séduit. Dans un sport comme l’athlétisme miné par les affaires de dopage et orphelin d’une tête d’affiche depuis la retraite d’Usain Bolt en 2017, les exploits de Duplantis sont une bénédiction. Pascal Martinot-Lagarde, le hurdler français, ne cache pas son admiration.

« On est dans une période où on a eu la fin d’Usain Bolt et où on attend la relève d’une personne qui va porter l’athlétisme. Duplantis est jeune, il a les épaules et il est prometteur. C’est excellent d’avoir des grosses perfs comme ça. J’ai pris le départ du 60 m haies (qu’il a remporté) cinq minutes après sa deuxième tentative de record du monde. Tout le public qui criait, tout ce brouhaha de l’arène m’a percé le cœur et m’a peut-être servi pour faire une belle course. Dans tous les cas, je me sers de lui et en plus il met un gros coup de lumière sur notre sport. C’est génial. »

Un nouveau record dès dimanche à Clermont

A la fois source de motivation et de bénédiction pour tous les athlètes, Armand Duplantis est sans doute la meilleure chose qui pouvait arriver à l’athlétisme à cinq mois des Jeux olympiques de Tokyo. Ne lui reste plus qu’à poursuivre sa quête de records. Prochaine étape ce dimanche à Clermont au All Star Perche organisé par Renaud Lavillenie, ex-recordman mondial. Une vraie passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau monde.