Stade Rennais : « Je tombe des nues », le président par intérim Jacques Delanoë raconte l’éviction d’Olivier Létang

FOOTBALL Jeudi, le président Olivier Létang a été remercié par François-Henri Pinault. La nouvelle a été officialisée vendredi

C.A.

— 

L'ancien président du Stade Rennais Olivier Létang (à gauche) et Jacques Delanoë, ici au Roazhon Park en 2017.
L'ancien président du Stade Rennais Olivier Létang (à gauche) et Jacques Delanoë, ici au Roazhon Park en 2017. — T. Bregardis / AFP

« Je tombe des nues. Il n’y avait rien eu avant ». En quelques mots, le président du conseil d’administration du Stade Rennais​ Jacques Delanoë a résumé le sentiment général. Même dans les hautes sphères du club breton, personne ne s’attendait à l'éviction d'Olivier Létang. Trois jours après l’officialisation de la nouvelle par la famille Pinault, le nouveau président par intérim du club a accordé une longue interview à Ouest-France où il évoque son nouveau rôle, mais aussi la recherche d’un nouveau président.

Lui aussi a été surpris

Il a appris la nouvelle mercredi soir, de la bouche de François-Henri Pinault, au cours d’un échange téléphonique. Le lendemain, Jacques Delanoë s’est rendu chez Kering où il a retrouvé Olivier Létang. Quelques minutes plus tard, l’ancien directeur sportif du PSG est remercié. « Olivier Létang prend la chose avec, je le redis, beaucoup d’élégance », témoigne Jacques Delanoë dans Ouest-France.

Les raisons du départ ont été disséquées dans la presse ce week-end. Omniprésence du président, relations compliquées avec l’entraîneur Julien Stéphan, choix sportifs… Jacques Delanoë reste évasif. « Pour des questions de divergences de vue dans l’organisation du club et dans la manière de fonctionner, il pensait que c’était mieux que leurs routes se séparent », avance le nouveau président par intérim. « Il y a beaucoup d’incompréhension », avait indiqué le capitaine Damien Da Silva, qui a appris la nouvelle vendredi, à la veille du derby face à Brest (0-0).

La relation avec Stéphan ? « Je pense que ça a pesé, mais… »

Interrogé samedi en marge du match face à Brest, Julien Stéphan avait reconnu des liens tendus avec Olivier Létang. « Ce n’est un secret pour personne qu’avec le président, on n’a pas toujours eu des relations très harmonieuses ». Est-ce que cela a joué dans l’éviction du président ? « Je peux penser que ça a pesé, mais ça n’a pas été évoqué », assure Jacques Delanoë.

Un successeur à trouver d’ici « trois mois »

Interrogé sur le successeur d'Olivier Létang, Jacques Delanoë a expliqué que le club recherchait « un directeur général délégué qui connaisse le football de très haut niveau ». Dans quels délais ? « Trois mois me semble un délai raisonnable », a-t-il répondu à Ouest-France.