Stade de Reims : « Il n’y a pas de remise en question », assure David Guion après la lourde défaite à Strasbourg

FOOTBALL Les Rémois n’ont pas inquiété une seule fois le gardien alsacien dimanche

Thibaut Gagnepain

— 

David Guion et les Rémois ont concédé leur troisième défaite sur les cinq derniers matchs.
David Guion et les Rémois ont concédé leur troisième défaite sur les cinq derniers matchs. — Stephane Allaman/SIPA
  • Reims s’est incliné 3-0, dimanche au stade de la Meinau à Strasbourg.
  • Les Champenois n’ont jamais été dangereux. Ils n’ont pas cadré un seul tir.
  • La situation est-elle inquiétante après cette troisième défaite sur les cinq derniers matchs? L’entraîneur marnais David Guion refuse de s’alarmer.

Au stade de la Meinau,

On ne peut pas avoir la deuxième meilleure défense du championnat et l’attaque la plus prolifique. A moins de s’appeler le Paris Saint-Germain. Le Stade de Reims ne l’est pas et a encore montré toutes ses limites offensives, dimanche en Alsace.

Les Marnais ont, pour la première fois de la saison en Ligue 1, concédé trois buts pour une large défaite finale (3-0). Et n'ont donc pas compensé cette rare défaillance par une orgie de l’autre côté du terrain. Les partenaires de Romao ont tiré, en tout et pour tout, cinq petites fois au but. Sans aucune tentative cadrée !

« On a manqué d’esprit d’initiative »

« On n’a pas été dangereux pour aller chercher ce but », a reconnu après la partie l’entraîneur champenois David Guion. « On a manqué d’esprit d’initiative, de créativité, on a eu du mal à trouver nos deux joueurs de côté. Pourtant, sur l’avant-dernière et la dernière passe, il y avait des choses à faire. »

Ni Touré, ni Dia, ni Doumbia ou encore Kutesa n’y sont parvenus. Les rares frayeurs dans le camp alsacien sont venues… d’erreurs strasbourgeoises dans la relance. Sinon ? Reims n’a jamais réussi à se projeter en nombre et à se créer une occasion franche. Pour cela, il aurait fallu éviter les erreurs techniques, comme ses nombreuses passes ratées ou ses 19 centres rarement bien dosés.

« Contre Angers et Nice, on avait vu des choses intéressantes dans le jeu. Ça tendait vers ce qu’on voulait voir », regrette David Guion, sans vouloir non plus s’alarmer sur la situation. Après tout, Reims reste ce dimanche bien calé en milieu de tableau, à la dixième place avec 33 points. « Il n’y a pas de remise en question après ce match. Il n’a rien de déshonorant à perdre à Strasbourg. On a une équipe jeune, elle a besoin de travailler. »