Ligue 1 : Le président d’Angers Saïd Chabane en garde à vue « pour agressions sexuelles aggravées »

JUSTICE Le dirigeant «conteste formellement toutes les allégations portées contre lui», selon un communiqué publié par le club

N.C. avec AFP

— 

Saïd Chabane, le président d'Angers, ici le 27 mai 2017.
Saïd Chabane, le président d'Angers, ici le 27 mai 2017. — Jean-Francois MONIER / AFP

Le président d’Angers SCO, Saïd Chabane, a été placé en garde à vue « pour agressions sexuelles aggravées », a déclaré mercredi matin le procureur d’Angers, confirmant une information de RMC. « Une enquête préliminaire a débuté le 7 janvier suite à la plainte d’une salariée du club qui a indiqué avoir été victime de faits qualifiables d’agression sexuelle. Deux autres victimes présumées ont déposé plainte », a précisé le procureur Eric Bouillard.

« Quand nous avons débuté l’enquête, nous avons entendu des personnes dans l’environnement de la victime et du club, et nous avons identifié deux autres victimes présumées qui ont déposé plainte, une salariée et une ex-salariée », a-t-il ajouté. Les trois plaignantes, qui ont entre 25 et 30 ans, ont déclaré avoir été victimes de « caresses très appuyées sur les parties intimes ». Selon RMC, Saïd Chabane « se collerait à ces jeunes femmes, leur toucherait les fesses, les seins, les parties intimes, sans leur consentement et serait craint par les jeunes femmes qui l’accusent ».

Chabane « confiant dans l’issue de l’enquête à laquelle il coopère totalement »

« Il s’agit de quelqu’un qui est réputé sévère et qui est craint, voire intimidant », a ajouté Eric Bouillard. Les premiers faits dénoncés auraient été commis en 2019 et les derniers à la fin de l’année. Selon le procureur, « il ne semble pas que ce soit un comportement qui vienne de débuter ».

Le SCO d’Angers a de son côté publié un communiqué dans lequel il indique que « Saïd Chabane conteste formellement toutes les allégations portées contre lui ». « Il apportera à la justice tous les éléments permettant de rétablir la vérité et de préserver son honneur. Déterminé à voir reconnaître son innocence, il est confiant dans l’issue de l’enquête à laquelle il coopère totalement », est-il écrit dans le texte.