Coupe de France : L'Athlético Marseille s'expatrie à Fos... « Il faut un deuxième stade après le Vélodrome ! »

FOOTBALL Les amateurs de l’Athlético Marseille « reçoivent » le Stade Rennais à Fos-sur-Mer, ce dimanche (17h15). Il n’y a pas, à Marseille, de stade de taille intermédiaire qui pourrait accueillir ce type de rencontre

Jean Saint-Marc

— 

Le stade La Martine, à la fois vétuste et pollué, ne permet pas de recevoir un club professionnel.
Le stade La Martine, à la fois vétuste et pollué, ne permet pas de recevoir un club professionnel. — J. Saint-Marc / 20 Minutes
  • De nombreux acteurs du sport marseillais sont frustrés par l’absence d’un stade de football de taille moyenne, à Marseille.
  • L’Athlético rêve de construire son propre stade, à l’Estaque. Mais le projet semble mal engagé.

A chaque gros match d’un petit club marseillais, la même rengaine. Le Vélodrome est trop grand : il faut donc s’expatrier. L’Athlético Marseille va disputer son seizième de finale de Coupe de France contre Rennes, ce dimanche (17h15) à 50 bornes de son stade habituel, le vétuste et pollué complexe sportif de la Martine, coincé le long d’une autoroute. « Marseille est quand même la deuxième ville de France, c’est dommage qu’il n’y ait pas un stade avec une capacité plus petite que le Vélodrome, un 10 ou 15.000 places », peste Farid Fouzari, entraîneur de l’Athlético.

Ce stade existe, mais le football n’y est pas le bienvenu. En 2015, la mairie de Marseille a rénové, pour 15 millions d’euros, le stade Delort, un joli 5.000 places, situé tout près du Vélodrome. Mais impossible d’y faire rouler un ballon rond. Il lui manque cinq mètres de largeur pour être homologué par la Fédération française de football. « C’est un terrain de rugby, d’athlétisme et de football américain, point », martèle Richard Miron, adjoint (LR) aux sports. Il assure qu’il y a « une centaine de terrains de football à Marseille, c’est bien assez. » Mais aucun pour accueillir une rencontre de Coupe de France entre un club amateur (l’Athlético Marseille évolue en National 3) et un cador de Ligue 1.

« C’est toujours le même problème ! »

« C’est toujours le même problème », s’énerve Jean-Luc Mingallon, ancien président de Consolat, devenu l’Athlético Marseille en 2018 :

C’est anormal qu’il n’y ait rien à côté du Vélodrome, il faut un deuxième stade pour qu’un deuxième club de football émerge un jour, à côté de l’OM. »

Une perspective qui n’enthousiasme pas les élus marseillais. « Je ne veux décourager personne, mais je ne suis pas sûr qu’il y ait la place pour un deuxième club professionnel de football à Marseille, estime Richard Miron. Les sponsors iront toujours vers l’OM, il faut être réaliste. »

Le projet de stade de l’Athlético au point mort ?

L’adjoint aux sports de Jean-Claude Gaudin ne croit d’ailleurs que très peu au projet de stade « 100 % privé » de l’Athlético Marseille. En août 2018, les images de synthèse de ce stade futuriste de 20.000 place avaient beaucoup fait parler. Depuis, rien. « J’espère que le projet n’a pas été abandonné, mais je n’ai aucune nouvelle de la part des dirigeants, plus aucun retour », soupire l’architecte Philippe Puvieux.

Le projet de stade de l'Athlético Marseille, à l'Estaque, n'a pas avancé.
Le projet de stade de l'Athlético Marseille, à l'Estaque, n'a pas avancé. - Philippe Puvieux

Ce projet titanesque – un stade adossé à un centre commercial et financé par des opérations immobilières – nécessiterait un investissement de plus de 50 millions d’euros. L’affaire est donc assez mal engagée, puisque l’Athlético a été rétrogradé administrativement en National 3 et serait même menacé d’une nouvelle rétrogradation, selon le site spécialisé ActuFoot.

Le président de l’Athlético Marseille, l’ancien agent Karim Aklil, n’a pas répondu aux sollicitations de 20 Minutes, cette semaine. « Les dirigeants de l’Athlético ne sont pas fiables, pas sérieux », lâche un bon connaisseur du foot marseillais. « Il y a trois ans, nous étions aux portes de la Ligue 2… Aujourd’hui, Coupe de France ou pas, ils sont aux portes du district de Provence. Cherchez l’erreur », persifle l’ancien président Jean-Luc Mingallon. En trois ans, une chose n’a pas changé : l’Athlético Marseille est toujours SSF. Sans stade fixe.