OM : Les séminaires au stade Vélodrome « ne rapporteront pas des millions » mais sont « indispensables »

FOOTBALL L'OM lance une branche évènementielle afin de générer des nouveaux revenus. L'idée est de faire fonctionner le Vélodrome «365 jours par an» 

Jean Saint-Marc

— 

Le vestiaire de l'OM sera transformé en salle de réunion.
Le vestiaire de l'OM sera transformé en salle de réunion. — OM
  • L’OM a annoncé ce mardi le lancement de sa branche « OM Events », qui organisera soirées, séminaires et journées de formation au sein du Vélodrome.
  • Une diversification indispensable pour les clubs de football professionnels.
  • Mais malgré des tarifs élevés, les sommes qui devraient être générées ne sont pas énormes selon le club.

Les affiches pour le concert de Soprano le crient dans tout Marseille : « Ici, la passion remplit les stades. » Les rendez-vous « B to B », « team building » et autres « board meetings » aussi : l’OM va multiplier les séminaires, congrès et conférences au Vélodrome. « Proposez vos idées les plus folles, soyez créatifs et on vous dira “chiche !”», a lancé Jacques-Henri Eyraud à 400 chefs d’entreprises réunis ce mardi pour le lancement d’OM Events.

« On peut faire beaucoup de choses au Vélodrome, poursuit le président olympien. On peut marcher sur le toit, fêter l’anniversaire de ses enfants, pourquoi pas se marier, aussi ! » De façon plus classique, on peut aussi réunir des clients ou des salariés dans les salons et les loges du stade – 8.500 mètres carrés, tout de même.

Conférence de Boli, escape game ou yoga

« Il y a peu de lieux à Marseille qui peuvent accueillir de tels évènements, explique Benjamin Llanes, responsable d’OM Events. On propose un lieu original, le premier avec un jardin intérieur ! Et faire un comité directeur dans le vestiaire de l’OM après avoir eu Basile Boli qui donne une conférence sur l’esprit d’équipe, c’est quand même quelque chose ! »

Entre le vestiaire et la piscine intérieure, des chefs d’entreprise s’enthousiasment à l’idée de pouvoir faire du yoga ou un escape game dans les coulisses du Vélodrome. « On a l’habitude de faire nos séminaires dans des salles de réunion d’hôtel, glisse Philippe Perret, patron de Global Europower. C’est impersonnel et beaucoup moins attractif : ici, on pourra faire découvrir à nos clients et à notre personnel un lieu mythique. » Il attend toutefois de « voir les tarifs » : comptez à partir de 110 euros (hors taxe) par personne pour une soirée, 95 euros par tête pour une journée d’études… et beaucoup plus pour un séminaire complet.

«Indispensable de se diversifier»

L’OM, qui organisait déjà ponctuellement ce genre d’évènement, veut développer cette activité afin de diversifier les sources de revenus. « On espère que cela va renforcer notre modèle économique, explique Jacques-Henri Eyraud. Ces revenus nous permettront d’investir dans le sportif et la formation ! »

Les grands clubs le font déjà – l’OL, par exemple, a pris une avance considérable dans ce domaine. « C’est indispensable aujourd’hui de se diversifier, apprécie l’économiste du sport Lionel Maltese. Le football fait partie d’un univers financier et marketing lié à l’entertainment, la partie sportive reste essentielle, mais les clubs doivent trouver des solutions pour que leurs stades ne tournent pas seulement 20 jours par an ! Et si vous voulez atteindre le top niveau européen, vous ne pouvez pas miser seulement sur les revenus des droits télé ou du trading joueur ! »

« Les petits ruisseaux font les grandes rivières, tempère le directeur général olympien Laurent Colette. Mais OM Events ne nous rapportera pas des dizaines de millions d’euros par an, ce n’est pas comparable aux sommes qu’il faut mettre pour faire venir un joueur ! »