Un stade de Marseille est le plus pollué de France... «On a affaire à un véritable cocktail» de pollutions

REPORTAGE L’ONG Greenpeace qui a procédé à des relevés sur la pollution autour des stades, révèle que celui de La Martine est deux fois plus pollué que les autres…

Adrien Max

— 

L'autoroute A7 longe le stade de La Martine à Marseille.
L'autoroute A7 longe le stade de La Martine à Marseille. — Adrien Max / 20 Minutes
  • L’ONG Greenpeace a procédé à des relevés pour mesurer la pollution autour de stades dans les grandes villes françaises.
  • Les relevés autour du stade de La Martine, dans le XVe arrondissement de Marseille, montre des taux de dioxyde d’azote deux fois supérieurs à ce qui a été constaté sur d’autres stades.
  • Le fatalisme prédomine, aucun autre stade n’est disponible pour ce club de National 2.

Des résultats qui n’étonnent personne. Il suffit de monter les quelques marches de la tribune du stade de la Martine, dans le XVe arrondissement de Marseille, pour sentir la pollution pénétrer ses poumons. En cette période de trêve, ce n’est pas sur la pelouse sur laquelle les yeux se posent, mais plutôt sur la circulation ininterrompue de l’A7 qui borde le terrain.

Un constat que toutes les personnes qui gravitent autour du club du GS Consolat, le club de foot de National 2 qui occupe le stade, partagent. Et cette impression se traduit dans les chiffres de l’ONG Greenpeace qui a procédé à des relevés de pollution autour de stade de foot en France, dont celui de La Martine.

Le double de pollution qu’ailleurs

Ce stade arrive même en tête de ce classement. Le 21 mai, la concentration moyenne sur ce stade s’élevait à 109,9 µg/m³ de dioxyde d’azote alors que la valeur limite annuelle est définie autour de 40 µg/m³. C'est presque le double de ce qui a été constaté sur les autres stades testés en France !

« C’est une autoroute à six voies en pleine ville, avec un nombre de poids lourds qui ne cessent d’augmenter. Il n’y a même pas de mur antibruit et le vent ramène aussi toute la pollution des bateaux du port. On a affaire à un véritable cocktail [de pollutions] », s’inquiète Lydia Frentzel, conseillère EELV à la mairie des XVe et XVIe arrondissements.

Les matchs pendant des embouteillages

Heureusement, les premiers concernés, à savoir les joueurs du club du GS Consolat, ne s’entraînent plus sur le stade. Pour préserver le terrain, ils s’entraînent à Septèmes les Vallons et ne jouent « que » les matchs au stade de La Martine.

Sauf que les matchs se jouent tous les vendredis soir au moment même où l’autoroute est totalement saturée par les voitures qui viennent d’Aix-en-Provence, je tiens la buvette et on ressent vraiment la pollution », témoigne Lydia Frentzel.

« Certains joueurs disent qu’ils courent moins vite ici qu’à l’extérieur, mais je ne veux pas entendre ça comme excuse à notre descente », rit jaune Jean-Luc Mingallon, le président du club qui se montre aussi assez fataliste.

On sait que l’air est pollué mais il n’y a pas d’autres solutions. Il n’y a aucun autre stade disponible pour notre club », se désole-t-il.

Dans l’entourage du club non plus, personnes n’est étonné de la situation. « Toutes les mauvaises choses sont pour les quartiers Nord, tous les problèmes se concentrent ici. Le stade Delort [à proximité du Vélodrome, dans les quartiers Sud] n’est pas pollué mais pourtant personne n’y joue », regrette ce proche du club.

Les problèmes s’accumulent

Les problèmes reviennent inlassablement : « La seule piste cyclable des quartiers Nord est à l’Estaque, elle fait 26 mètres de long. La plus petite de France ! », ajoute Lydia Frentzel. Pour toutes ces raisons, les problèmes de pollution autour du stade ne font pas trop parler, surtout en cette période de trêve. « Les gens sont plus inquiets des petites billes noires sur les pelouses en synthétique, ça a beaucoup fait parlé quand c’est sorti. On a près de 700 jeunes qui s’entraînent dessus donc on aimerait vraiment qu’il soit changé par un synthétique de nouvelle génération », espère Lydia Frentzel.

Avec Jean-Luc Mingallon, ils proposent à l’ONG de réaliser des tests directement sur les joueurs.

>> A lire aussi : Pollutions à proximité des terrains de sport, «les polluants peuvent rendre les personnes plus sensibles aux allergies et aux infections»

>> A lire aussi : A Paris, Lyon et Marseille, Greenpeace dénonce la pollution autour des terrains de sport