XV de France : Médard, Huget, Guitoune… Trois trentenaires toulousains plus dans le vent

RUGBY Victimes du coup de jeune sur le XV de France, les Toulousains Maxime Médard, Yoann Huget et Sofiane Guitoune ne sont pas dans la première liste des 42 de Fabien Galthié

Nicolas Stival

— 

Maxime Médard, Sofiane Guitoune et Yoann Huget, trois trentenaires toulousains recalés par Fabien Galthié, le nouveau sélectionneur du XV de France.
Maxime Médard, Sofiane Guitoune et Yoann Huget, trois trentenaires toulousains recalés par Fabien Galthié, le nouveau sélectionneur du XV de France. — Sipa
  • Avec huit joueurs, le Stade Toulousain est le club le plus représenté dans la liste des 42 annoncée ce mercredi par le nouveau sélectionneur du XV de France Fabien Galthié, à égalité avec Toulon.
  • Présents lors du Mondial japonais, Maxime Médard, Yoann Huget et Sofiane Guitoune, tous trentenaires, ne font pas partie des élus.
  • Leur manager Ugo Mola se dit « déçu » pour les cadres Médard et Huget, alors que Guitoune n’a pas renoncé à fêter sa dixième sélection.

Avec 8 convoqués sur 42 sélectionnés annoncés ce mercredi, le Stade Toulousain est le premier fournisseur du XV de France version Fabien Galthié, à égalité avec Toulon. « Cela aurait pu être plus, ça aurait pu être moins, observe le manager Ugo Mola, qui n’est pourtant pas Normand. Cela représente une première ligne [Baille, Marchand, Aldegheri], une charnière [Ntamack, Dupont], ton buteur [Ramos] et des deux meilleurs troisième ligne [Cros et le bizut S. Tolofua]. »

Mais cela aurait pu être pire pour le club champion de France, dans l’optique des doublons Top 14 – Tournoi des VI Nations, et mieux pour les « oubliés » de Galthié. « On a des joueurs qui, je pense, vont s’inscrire durablement dans ces listes. Il y en a d’autres qui vont rapidement postuler », juge Mola. Le talonneur Mauvaka (23 ans), présent au Mondial japonais, mais aussi le pilier Castets (23 ans) ou le centre-ailier Tauzin (21 ans) pourraient attraper le prochain wagon bleu.

« On va essayer d’accompagner ceux qui sont déçus, dans une semaine européenne, ce qui n’est pas génial en termes de timing », assène le manager sportif, avant le rendez-vous de samedi en Champions Cup chez les Irlandais du Connacht, et après deux contre-performances en Top 14 (nul contre Toulon, défaite au Stade Français).

Bézy victime de l’embouteillage au n° 9

Pour le demi de mêlée Sébastien Bézy (28 ans), victime de la concurrence (Dupont, Lucu, Serin, en attendant Couilloud ou Coville) ce sera plus compliqué. « C’est dur pour lui, lance le manager stadiste. Mais au regard des garçons sélectionnés, il y a de la qualité aussi ailleurs. »

Quant aux trois-quarts trentenaires Sofiane Guitoune (30 ans), Yoann Huget (32 ans) et Maxime Médard (33 ans), tous trois présents au Japon, le train vers la Coupe du monde 2023 est sans doute parti sans eux, comme sans d’autres « vieux » restés à quai (Slimani, Lauret, Lopez…).

« Je suis déçu pour certains, lâche Mola. Max et Yoann auraient peut-être mérité de faire ce Tournoi. Ils n’avaient pas forcément envie de s’arrêter. Au regard de leurs performances ces dernières semaines, on ne sent pas des mecs qui ont lâché le haut niveau. On en discutera tranquillement avec eux. Je les crois suffisamment aguerris et costauds moralement pour ne pas sombrer à l’âge qu’ils ont. »

Pour le patron sportif stadiste, Huget et Médard « auront marqué le rugby français au niveau international ». On ne peut pas en dire autant de Guitoune, qui le reconnaît avec son humour habituel. « Je ne suis personne pour annoncer ma retraite internationale avec neuf sélections. Le Bleu, ça me fait toujours rêver. » L’ailier reconverti centre, présent lors de la dernière Coupe du monde à la faveur d’une saison stratosphérique, après quatre ans d’absence en sélection, ne veut surtout pas qu’on le réveille.

« Je suis un compétiteur. J’aurais aimé faire partie de ce groupe, assure l’ancien Bordelais, averti au téléphone de son éviction par Laurent Labit, l’entraîneur des trois-quarts tricolores. Ce sont les choix de l’entraîneur. A moi de continuer à bosser en club pour changer la tendance. »

Compliqué. Car si pour Guitoune, « l’âge, ça ne veut rien dire », Galthié a eu l’œil rivé sur les cartes d’identité au moment de composer son groupe, avec le rendez-vous de 2023 en ligne de mire : le deuxième ligne du Racing 92 Bernard Le Roux, qui profite de la pénurie à ce poste, est le seul trentenaire parmi ses 42 premiers élus.