XV de France : « On n’a pas voulu faire de jeunisme », Galthié donne sa première liste de 42 avec une moitié de bizuths et des surprises

RUGBY Le sélectionneur a dévoilé les joueurs retenus pour le stage préparatoire avant le premier match du tournoi contre l’Angleterre le 2 février

Julien Laloye

— 

Fabien Galthié et Raphaël Ibanez à Marcoussis.
Fabien Galthié et Raphaël Ibanez à Marcoussis. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Un grand coup de propre dans les placards. Comme prévu, la liste des 42 de Fabien Galthié censée donner le cap de son mandat a déposé quelques petits vieux à la maison de retraite. Lauret, Huget, Slimani, Médard, les derniers titulaires trentenaires du Mondial ont été priés de rester à la maison pour faire de la place à l’insolence de la jeunesse. 19 appelés sur 42 pour le stage préparatoire au premier match contre l’Angleterre n’ont encore jamais vu la couleur d’une sélection, et la plupart sont même inconnus du grand public, voire même du petit public d’amateurs qui ne se cogne pas tous les matchs du top 14 chaque week-end.

« On n’a pas voulu de jeunisme », s’est défendu Fabien Galthié, qui a largement fait la pub de ses entretiens individuels ces dernières semaines, avec plus de 90 joueurs passés à la moulinette. « On s’est concentrés sur les équilibres et le potentiel des joueurs sans se concentrer uniquement sur l’Angleterre. La moyenne d’âge tourne autour de 24 ans, elle ne dépasse pas dix sélections en moyenne, et encore, heureusement qu’il y a Fickou qui en a 50 chez les trois-quarts. On n’était pas très haut durant la Coupe du monde, mais on peut admettre qu’au niveau international, c’est une équipe plutôt inexpérimentée ».

« Ce n’est pas une sélection qui tombe du ciel »

Inexpérimentée mais prometteuse, avec une palanquée de doubles champions du monde des moins de 20 ans, venus rejoindre en grande section, le Toulousain Romain Ntamack, retenu à l’ouverture avec Carbonel et Jalibert, deux autres talents purs du rugby français. Tous ont été prévenus par un coup de fil du staff avant l’annonce officielle dans un salon cosy de Marcoussis en début d’aprèm. La volonté derrière cette matinée « des 100 coups de fil », comme l’a baptisée le nouveau sélectionneur ? Sacraliser l’appel de la nation, « pour ne pas que les joueurs l’apprennent à la radio puis le sortent de leur tête jusqu’au 20 janvier. On veut qu’ils comprennent que ce n’est pas une sélection qui tombe du ciel ».

Les heureux élus, dont Charles Ollivon, proclamé premier capitaine de l’ère Galthié sans surprise​, auront même des devoirs à ingurgiter avant de se retrouver dans dix jours. Les grands principes du plan de jeu offensif, l’organisation défensive, les combinaisons, et même un petit QCM en plan journée défense et citoyenneté, du style « Que représente pour vous le maillot du XV de France ? ». Seul le cadre de vie n’est pas encore défini. Le manager Raphaël Ibanez a évoqué cinq grandes règles qui seront « construites avec les joueurs » le premier jour, avant de filer sur les terrains. Parce que 42 joueurs disponibles ou pas, une première dans l’histoire du rugby tricolore, il n’y aura toujours que sept entraînements pour présenter une équipe capable de rivaliser avec les vice-champions du monde anglais le 2 février au Stade de France.