OL : Quel serait le mercato idéal pour les Gones ?

FOOTBALL Lemar, Digne, Nzonzi et Gameiro feraient notamment partie des cibles de l’OL, qui doit recruter pour pallier les absences de Depay et Reine-Adelaïde

Manuel Pavard

— 

Jean-Michel Aulas et Juninho vont devoir passer à l'action lors du mercato d'hiver.
Jean-Michel Aulas et Juninho vont devoir passer à l'action lors du mercato d'hiver. — Valery HACHE / AFP
  • Avec les absences jusqu’en fin de saison de Depay et Reine-Adelaïde, l’OL devra recruter au mercato d’hiver.
  • Juninho a indiqué que le club cherchait au moins un joueur par ligne : un défenseur, un milieu et un attaquant.
  • De Lemar à Gameiro en passant par Digne, Nzonzi, Umtiti, Giroud, Florenzi, Mertens ou Ben Arfa, on fait le point sur les pistes et cibles plus ou moins crédibles pour l’OL.

Après le choc, place à l’action. Deux jours après les graves blessures de Memphis Depay et Jeff Reine-Adelaïde, victimes d’une rupture du ligament croisé antérieur contre Rennes, ce sont toujours la stupeur et l’abattement qui dominent à Lyon. Déjà privé de Leo Dubois et Youssouf Koné pour plusieurs semaines encore, l’OL devra en effet faire jusqu’à la fin de saison sans deux de ses meilleurs joueurs, absents pour au moins six mois. Le club rhodanien va donc devoir agir vite et bien.

Avec seulement deux matchs avant la trêve – ce mercredi contre Toulouse en Coupe de la Ligue et samedi à Reims en championnat –, les pistes internes seront privilégiées dans un premier temps. Mais vu les échéances qui attendent l’OL, en championnat comme en Ligue des champions avec une double confrontation explosive face à la Juventus, l’effectif semble actuellement trop juste qualitativement et quantitativement. Dès lors, on imagine mal le staff lyonnais rester inactif lors du mercato hivernal, qui ouvrira ses portes le 1er janvier.

« Des joueurs avec de la personnalité et de l’expérience »

Juninho l’a ainsi confirmé lundi au micro de RMC Sport, en marge du tirage au sort des 8e de finale de LDC, l’OL devrait « bouger » cet hiver. Pour lui, « l’idéal serait de recruter un joueur par secteur : un derrière, un au milieu et un en attaque ». Les profils ciblés ? « Des joueurs avec de la personnalité, de l’expérience, c’est ce qui nous manque dans l’équipe », a précisé le directeur sportif brésilien. Une denrée plutôt rare en janvier où les footballeurs sur le marché sont généralement des joueurs en difficulté dans leur club et/ou en quête d’un nouveau challenge.

Parmi les quelques noms déjà évoqués, trois internationaux français qui, selon Le Parisien, seraient dans le viseur de l’OL. Il s’agit de Lucas Digne, Steven Nzonzi et Thomas Lemar. Si tous trois paraissent correspondre au profil visé par Juninho, leur venue entre Saône et Rhône serait loin d’être une partie du plaisir. Des trois Bleus, le plus susceptible de bouger lors du mercato semble être Steven Nzonzi. Prêté à Galatasaray par la Roma, le milieu champion du monde vient d’être écarté par le club turc pour raisons disciplinaires et le club italien ne compte visiblement pas sur lui.

Des contacts avec l'Atlético pour Lemar

L’ex-Sévillan pourrait donc tenter de se relancer en vue de l’Euro, tout comme Thomas Lemar, que l’Atlético ne chercherait pas à retenir. Sous contrat jusqu’en 2023 avec les Colchoneros, le milieu offensif guadeloupéen n’a jamais vraiment réussi à s’imposer au sein du collectif de Diego Simeone et d'après L'Equipedes premiers contacts auraient été noués ce mardi avec l'OL à son sujet. Problème : avec les 70 millions d’euros dépensés à l’été 2018 pour l’ancien Monégasque, le club madrilène aimerait récupérer une partie de sa mise. Un prêt pourrait contenter les deux parties mais à une condition. L'Atlético souhaiterait en effet l'assortir d'une obligation d'achat en fin de saison. Resterait à aborder un autre détail non négligeable : le salaire de Lemar, évalué à 4,8 millions d'euros (net) annuels...

Piste également très compliquée à concrétiser, celle menant à Lucas Digne. Après avoir longtemps galéré au PSG puis au Barça, le latéral gauche a enfin trouvé chaussure à son pied à Everton. Devenu un titulaire indiscutable des Toffees, Digne s’est même découvert des talents de tireur de coup franc. Si la perspective de disputer la Ligue des champions avec l’OL pourrait le séduire, son prix (une trentaine de millions d’euros) et son salaire (plus de 3 millions d’euros annuels) sont un frein important. Souci supplémentaire, Everton n’est sûrement pas vendeur… Et le PSG, qui a bataillé pour lui arracher Idrissa Gueye, peut en témoigner : l’autre club de Liverpool est dur en affaires !

Umtiti et Giroud, des pistes séduisantes mais un écueil salarial

D’autres latéraux gauches désireux de se relancer pourraient constituer une cible intéressante pour l’OL. On peut citer notamment Marcos Alonso (Chelsea), Ricardo Rodriguez (AC Milan) ou Kurzawa (PSG). Du côté des latéraux droits, une rumeur a récemment fait état d’un intérêt lyonnais pour Florenzi, que Rudi Garcia a connu à la Roma. Mais le joueur giallorosso, plus systématiquement titulaire dans son club formateur, a indiqué qu’il privilégiait la Serie A.

Outre le jeune Jean-Clair Todibo, qui peine à se faire une place au Barça depuis son départ de Toulouse, deux autres noms de joueurs français sont régulièrement évoqués parmi les cibles lyonnaises. Ce sont tout simplement deux champions du monde titulaires lors du Mondial russe : Samuel Umtiti et Olivier Giroud. Avec le possible départ de Marcelo et un Andersen peinant toujours à convaincre, « Big Sam », toujours très apprécié à Lyon et relégué sur le banc du Barça depuis sa blessure, serait un renfort de choix. Mais le prix que demanderait le club catalan et son salaire blaugrana seront difficiles à assumer.

Des écueils qui seraient d’ailleurs les mêmes pour Olivier Giroud. En manque de temps de jeu à Chelsea, où il est désormais le troisième choix en attaque derrière le jeune Abraham et Batshuayi, le troisième meilleur buteur de l’histoire des Bleus recherche un nouveau challenge pour conserver sa place de titulaire en équipe de France, en vue de l’Euro. Cependant, là encore, son salaire chez les Blues, estimé à environ 500.000 euros mensuels, rendrait l'opération très compliquée pour l'OL. Et aux dernières nouvelles, l’Inter Milan partait avec une longueur d’avance sur le dossier. En Lombardie, Giroud arriverait là aussi avec un statut de doublure, derrière l'inamovible duo Lukaku-Lautaro Martinez, mais les Nerazzurri jouent, eux, dans un système à deux pointes - d'où un temps de jeu potentiel plus important - et on sait qu'Antonio Conte apprécie beaucoup son profil de pivot.

L'alternative Gameiro, les folles rumeurs Mertens et Ben Arfa

Malgré tout, l'OL, privé de son leader offensif Depay et avec le seul Dembélé comme numéro 9, semble décidé à recruter un attaquant. Et c'est finalement vers un autre international français - qui n'a certes plus porté le maillot bleu depuis près de trois ans - qu'il pourrait se tourner. Déjà courtisé par le club lyonnais ces dernières années, Kevin Gameiro serait de nouveau dans son viseur, selon L'Equipe. Lié à Valence jusqu'en 2021, l'ex-Lorientais reste un élément important du club Ché mais doit aujourd'hui composer avec la concurrence de Rodrigo, Maxi Gomez et Ferran Torres. Son expérience et ses qualités de mobilité et finition plairaient à Rudi Garcia, lequel partage en outre les mêmes conseillers que Gameiro.

Parmi toutes les rumeurs plus ou moins crédibles ayant circulé (Matic, Taison, Moise Kean…), la plus folle - mais aussi la plus sexy - est sans doute celle menant à Dries Mertens. Le petit attaquant de poche du Napoli, complet, technique, rapide et excellent finisseur, possède certainement le profil et le niveau se rapprochant le plus de Memphis Depay. Il y a encore quelques semaines, voir son nom associé à l’OL aurait presque relevé du fantasme. Mais depuis, Mertens a été l’un des meneurs de la fronde contre le président napolitain De Laurentis et serait donc devenu indésirable au pied du Vésuve. En fin de contrat l’été prochain, le Belge est toutefois suivi par deux cadors, l’Inter et Manchester United, avec lesquels les Lyonnais auraient du mal à lutter, notamment sur le plan financier.

Enfin – l’inverse aurait été étonnant – certains bruits de couloir ont commencé ces derniers jours à mentionner l’éternelle piste Hatem Ben Arfa. Depuis son départ du Stade Rennais, l’été dernier, l’enfant terrible du football français se trouve sans club et sur le marché. Mais la rumeur d’un retour de HBA dans son club formateur revient à intervalles réguliers depuis son départ de Lyon, en 2008. Sans parler de l’intérêt sportif et des doutes entourant son état de forme, difficile d’y voir autre chose qu’un simple jeu médiatique.