ASSE-PSG : Tuchel loue « la bonne mentalité » de son équipe, Puel regrette l’expulsion

FOOTBALL Les Parisiens se sont imposés sans trembler à Saint-Etienne (4-0) ce dimanche soir

A Geoffroy-Guichard, Manuel Pavard

— 

Thomas Meunier et Kylian Mbappé sereins et heureux, à l'image de toute l'équipe du PSG ce dimanche à Saint-Etienne.
Thomas Meunier et Kylian Mbappé sereins et heureux, à l'image de toute l'équipe du PSG ce dimanche à Saint-Etienne. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

D’un côté la satisfaction du devoir accompli, de l’autre des regrets timides et un sentiment de fatalité. Pour les Parisiens comme pour leurs adversaires successifs – stéphanois ce dimanche soir – se dégage une impression de plus en plus tenace, match après match : comme si, malgré les trois revers déjà concédés par le club de la capitale cette saison, le scénario d’un PSG s’imposant tranquillement à chaque journée de L1 était écrit à l’avance.

Après la balade parisienne à Geoffroy-Guichard ce dimanche (4-0), les deux attaquants stéphanois Denis Bouanga et Arnaud Nordin ont certes « regretté [leurs] occasions manquées », à commencer par le face-à-face gâché par le premier nommé – auteur par ailleurs d’un très bon match – devant Keylor Navas. Mais la déception semblait pourtant relative côté Verts, conscients de l’écart entre les deux formations.

« Le bon moment pour essayer » les quatre attaquants

Petite exception néanmoins, Claude Puel et son légendaire tempérament de compétiteur. L’entraîneur stéphanois, qui a « bien aimé la 2e mi-temps » durant laquelle son équipe s’est créé « pas mal d’occasions », a néanmoins regretté l’entame de match de ses joueurs. « Je trouve qu’on a un peu trop subi d’entrée, on était bien en place mais sans être assez entreprenants, déplore Claude Puel. On est restés sur des bases défensives trop basses, sans vraiment montrer d’agressivité. Quant à l’expulsion, contre ce genre d’équipes, ça devient difficile. »

Son homologue Thomas Tuchel a quant à lui salué « la bonne mentalité », « la grosse intensité » et le nombre de « ballons gagnés très haut dans le camp adverse » par son équipe. Un troisième match consécutif très satisfaisant pour le coach parisien, qui a également commenté le 4-4-2 (aux allures de 4-2-4) de nouveau ressorti de son chapeau, quatre jours après la manita infligée à Galatasaray dans le même schéma - Di Maria prenant ce dimanche la place de Sarabia, titulaire mercredi dernier. « C’était le bon moment pour essayer », estime Tuchel.

Mais le technicien allemand ne compte pas pour autant abandonner les autres systèmes testés. « On a joué cinq matchs en 4-3-3 en LDC et on a gagné 12 points, en faisant de bons matchs avec Marco (Verratti), Marquis (Marquinhos) et Idrissa (Gueye) au milieu. Si on veut jouer avec les quatre joueurs offensifs ensemble, tout le monde doit être prêt physiquement à défendre, on doit être préparé », rappelle-t-il.

Pour Leonardo, Neymar « fait beaucoup d'efforts »

Interrogé en zone mixte sur la titularisation des « quatre fantastiques », Leonardo a souligné de son côté que « les grands joueurs peuvent toujours jouer ensemble », même s’il pense qu’il existe « encore une marge d’amélioration ». Le directeur sportif brésilien du PSG a également loué « l’état d’esprit de Neymar », qui « fait beaucoup d'efforts, tout comme Mbappé, Icardi, Cavani, Di Maria ou Sarabia ».

Au rayon des satisfactions personnelles, impossible de ne pas mentionner Leandro Paredes, auteur enfin de son premier but sous les couleurs parisiennes. « Très heureux » pour son milieu argentin, Thomas Tuchel s’est félicité qu’il marque enfin « les buts qu’il met tout le temps à l’entraînement », vantant « la présence sur les seconds ballons » de l'ancien cinco de Boca Juniors.

Si tous les Parisiens ont apprécié leur feu d’artifice collectif et offensif, c’est un autre feu d’artifice qui a séduit Thomas Meunier, celui allumé par les ultras stéphanois dans les tribunes de Geoffroy-Guichard. « J’aime ce côté créatif, c’est la première fois que je vois ça dans un stade », a indiqué le latéral belge. Malheureusement pour l'ASSE et ses supporters, on doute que la Ligue soit très sensible à cette créativité...