Real Madrid-PSG : « Si tu viens en confort à Bernabeu, tu vas prendre très cher », lâche Marquinhos

FOOTBALL Le défenseur brésilien du PSG ne veut pas entendre parler d’un relâchement, même si son équipe est quasiment assurée de la première place du groupe

N.C.
— 
Les Parisiens à l'entraînement au stade Santiago-Bernabeu, le 25 novembre 2019.
Les Parisiens à l'entraînement au stade Santiago-Bernabeu, le 25 novembre 2019. — GABRIEL BOUYS / AFP
  • En tête de leur groupe de Ligue des Champions, les Parisiens n’ont plus qu’un petit point à prendre, mardi à Madrid, pour verrouiller la première place.
  • N’empêche, Marquinhos a estimé lundi soir en conférence de presse qu’il fallait « entrer sur le terrain avec une bonne mentalité ».
  • « On joue à Santiago Bernabeu, peut-être le stade d’Europe où il est le plus dur de jouer », abonde Tuchel.

De notre envoyé spécial à Madrid,

Tranquille, le PSG. Enfin sur le papier. Et si ce n’est pas face au Real, il y aura Galatasaray en session de rattrapage au Parc des Princes.

Mais les joueurs de Thomas Tuchel veulent penser à tout sauf à ça. C’est vrai que ce serait le meilleur moyen de bien se viander. « Si tu viens en confort à Bernabeu, tu vas prendre très cher, a prévenu Marquinhos en conférence de presse, lundi soir. Il faut entrer sur le terrain avec une bonne mentalité. Gagner ici, ce n’est pas facile, et c’est surtout pas en confort que tu peux le faire. »

De toute façon, les Parisiens veulent aller plus loin que cette première place. « On a d’autres objectifs à aller chercher, a poursuivi le défenseur brésilien. C’est un match important pour gagner en régularité. On a vécu des saisons où l’on a bien débuté et mal fini, alors cette saison on doit chercher cette régularité sur tous les matchs. On ne doit pas baisser notre niveau d’exigence. Il faut continuer à faire de bonnes performances pour être bien dans les échéances futures. »

« Santiago Bernabeu, peut-être le stade d’Europe où il est le plus dur de jouer »

On ne l’a pas vu faire en coulisses, mais Thomas Tuchel, qui venait de quitter l’estrade, a dû applaudir des deux mains. Lors de son passage au micro, le coach allemand a fait valoir la grande valeur que ce match représentait pour son équipe. Encore plus que le match aller.

« On joue à Santiago Bernabeu, qui est peut-être le stade d’Europe où il est le plus dur de jouer. Et puis le Real a récupéré Ramos, son leader, c’est une autre équipe avec lui, a dit l’entraîneur parisien. Ils sont en grande forme maintenant, avec beaucoup de victoires et de buts marqués. C’est un moment difficile pour les jouer, mais à nous de montrer ce qu’on vaut et qu’on est prêt pour ce défi. »