FC Nantes-ASSE : « Des buts débiles », « un manque de caractère », le FCN file un mauvais coton

FOOTBALL Les Canaris ont concédé une quatrième défaite (2-3) d'affilée à la Beaujoire, ce dimanche, contre Saint-Etienne. Christian Gourcuff tire la sonnette d’alarme

David Phelippeau

— 

Nantes s'incline pour la 4e fois de rang en Ligue 1.
Nantes s'incline pour la 4e fois de rang en Ligue 1. — LOIC VENANCE / AFP
  • Le FC Nantes s’est incliné (2-3) pour la quatrième fois d’affilée en Ligue 1.
  • Les Canaris chutent au milieu du classement après avoir été longtemps sur le podium.
  • L’entraîneur nantais Christian Gourcuff se dit « inquiet ».

Tout va très vite dans le foot. Ce poncif du ballon rond décrit à merveille la situation dans laquelle se trouvent les Canaris, après leur revers (2-3) de ce dimanche, contre Saint-Etienne. Il n'y a même pas un mois, Nantes plastronnait sur le podium de la Ligue 1 en multipliant les succès par la plus petite marge. Aujourd’hui, le FCN titube et enchaîne les défaites (quatre de rang), passant de la 2e à la 8e place.

« Il faut arrêter avec le podium, il y a une dizaine d’équipes qui ont quasiment le même nombre de points », relativise Nicolas Pallois. «Il va falloir se regarder dans la glace, car on est en train de virer dans le négatif et de chuter au classement», cingle, de son côté, Abdoulaye Touré, très marqué.

La réussite qui escortait le FC Nantes en début de saison a disparu. En atteste cette tête de Pallois sur la barre à la 65e. «Il y a un mois de ça, ça rentrait et là, on se heurte à des poteaux qui sortent», résume Pallois. Par ailleurs, la solidité défensive qui était la marque de fabrique du FCN du début de saison s’est évaporée, à l’image des trois buts concédés ce dimanche.

«Un manque de caractère, de personnalité», selon Gourcuff

«Des buts débiles», ose même le capitaine Touré. Comme la première égalisation de Trauco de la tête avec un Blas, qui saute à peine pour gêner le Stéphanois. «On manque de caractère et de personnalité, c’est très clair, peste Christian Gourcuff. Avec des erreurs qui en découlent et qui traduisent notre manque d’agressivité. Alors que l’ouverture du score aurait dû nous sécuriser, on a eu beaucoup de laxisme sur le plan défensif, sur les buts et même d’une façon générale, aussi dans la récupération du ballon.» Nantes a pourtant mené deux fois au score, mais ça n’a pas suffi. Il y a plus d’un mois, lorsque pareil scénario se produisait, les Canaris arrivaient toujours à conserver leur avantage. Dimanche, tout s’est délité au fil des minutes.

Un coach inquiet, un capitaine remonté, un président en colère

«La façon dont on concède l’égalisation, insiste Gourcuff. Cela traduit beaucoup de choses, un état qui, sur le plan de la personnalité et du caractère, est inquiétant.» Le mot est lâché. L’entraîneur est inquiet. «Je serais fou si je ne l’étais pas. Ce laxisme défensif et cette absence de prise de risques offensif m’inquiètent oui. […] La situation a changé. L’équipe n’est plus la même. La confiance s’est effritée avec cette succession de défaites. Après, je ne suis pas psy.»

Touré non plus, mais il en appelle à la remise en question. Au dialogue. «On ne joue pas comme on doit jouer. On s’est cru trop beau et on s’est peut-être trop enflammé sur le classement. S’il y a des choses à se dire, il va falloir se les dire, et c’est le moment.» Le président Waldemar Kita, lui, n’a pas attendu longtemps pour exprimer son mécontentement dans le vestiaire.