FC Nantes: «Le FCN? Ce n'est pas une régression, mais un nouveau chapitre», affirme Lafont

FOOTBALL L'ancien gardien de but de Toulouse est prêté deux ans au FC Nantes, après une aventure d'un an seulement à la Fiorentina en Série A

David Phelippeau

— 

Franck Kita, DG du FCN, avec Alban Lafont.
Franck Kita, DG du FCN, avec Alban Lafont. — D.P. / 20 minutes
  • Alban Lafont a été présenté ce midi à la Jonelière en présence de Franck Kita, DG du club, mais sans Vahid Halilhodzic, le coach.
  • L’ancien gardien de Toulouse a tenté d’expliquer les raisons de son départ de la Fiorentina, club dans lequel il évoluait la saison dernière.

Ne lui dites surtout pas qu’il y a quelque chose de peu ordinaire de passer de la Fiorentina au FC Nantes. « Non, ce n’est pas une régression, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre pour moi… » Alban Lafont, 20 ans, a été présenté ce mercredi midi à la Jonelière. A ses côtés, Franck Kita, le directeur général délégué du FCN, mais pas le coach Vahid Halilhodzic.

Ce dernier aurait peut-être pu être enthousiaste à l’idée de faire les présentations avec celui qu’on peut considérer à ce jour comme la tête de pont du recrutement de Nantes. Un qualificatif que l’ancien Toulousain, prêté deux ans chez les Canaris, a balayé d’un revers de main. « Il y aura de l’attente autour de moi. Je sais ce dont je suis capable. J’ai confiance en moi. Mon transfert a fait du bruit, mais je n’ai pas l’impression d’être une tête de pont. Je suis là pour être au service du club… »

Même si l’entraîneur nantais ne l’a pas accueilli de manière convenable (il n’était pas le choix numéro 1 de Vahid Halilhodzic), Alban Lafont ne lui en tient pas rigueur, bien briefé sans doute par le service communication. Il affirme venir à Nantes « pour l’histoire du club, ses supporters, le stade » et « parce qu’il y a un bon coach ». « J’ai aimé le discours du staff et de la direction », insiste-t-il.

Il ne se sentait pas bien à la Fiorentina

Quant à son départ de la Fiorentina seulement au bout d’un an et alors qu’il a joué plus de 30 matchs en Série A, Lafont s’explique, sans rentrer toutefois dans les détails : « C’est un choix personnel. J’avais envie de rentrer en France. Je ne me sentais pas dans mon élément là-bas [à la Fiorentina]. Tout est totalement différent. Je ne pouvais pas m’exprimer comme je voulais. Quand on ne se sent pas bien dans un club, on ne fait pas ce qu’on veut et on n’est pas bon sur le terrain. »

Il conclut : « Je ne suis pas parti trop jeune à l’étranger, mais il y a tout simplement des choses qui ne se sont pas passées comme prévu. » Malgré quelques questions insistantes sur les raisons profondes du malaise italien, celui qui est toujours le gardien de but titulaire le plus jeune à avoir débuté en L1 (16 ans et 309 jours en 2015) ne précisera pas sa pensée.

Lafont est surtout heureux de revenir en L1, « un championnat dans lequel je me sentais à l’aise », et de jouer pour le FCN, « un club au-dessus du Téfécé, malgré tout le respect que j’ai pour Toulouse [la formation qui l’a lancé en L1] ».