VIDEO. Stade Toulousain: Quel futur proche pour le champion de France, «décimé» par la Coupe du monde?

RUGBY Le Stade Toulousain devrait être privé d’une dizaine de joueurs pendant un tiers de la saison prochaine, pour cause de Coupe du monde au Japon. Le champion de France doit s’adapter

Nicolas Stival

— 

Le Stade Toulousain compte sur Werner Kok, Richie Arnold et Matthis Lebel pour bien démarrer une saison 2019-2020 très compliquée à cause de la Coupe du monde.
Le Stade Toulousain compte sur Werner Kok, Richie Arnold et Matthis Lebel pour bien démarrer une saison 2019-2020 très compliquée à cause de la Coupe du monde. — Grant Winter / UK Sports / Sipa ; Colm O'Neill / BPI / Rex / Sipa ; Juan Gasparini / AFP
  • Avec sept sélectionnés en Bleu et deux chez les Springboks, en attendant d’autres, le Stade Toulousain paie un lourd tribut à la Coupe du monde, organisée au Japon du 20 septembre au 2 novembre.
  • Le champion de France compte sur des recrues plus ou moins longue durée, mais surtout sur ses jeunes et des retours de blessure, pour s’en tirer le mieux possible.

C’est aussi ça, la magie du rugby. En 2019-2020, les huit premières journées (sur 26) de Top 14 se dérouleront sans les joueurs sélectionnés pour la Coupe du monde au Japon (20 septembre – 2 novembre). Si l’on ajoute un doublon Championnat – Tournoi des VI Nations 2020 (le week-end du 22 février), on tombe, à peu près, sur le calcul de Didier Lacroix.

« Un tiers de l’effectif sera amputé durant plus d’un tiers des matchs du Top 14 », observe le président du Stade Toulousain dans un podcast diffusé sur le site officiel du club. Lacroix table sur « entre sept et douze sélectionnés » pour le Mondial.

Pour l’heure, le champion de France compte sept convoqués dans la liste des 31 Français (Mauvaka, Dupont, Ntamack, Guitoune, Huget, Médard, Ramos) plus le réserviste François Cros, mais aussi deux chez les Sud-Africains (Elstadt, Kolbe). Le pilier David Ainu’u fait partie d’une liste élargie des Etats-Unis, en attendant de connaître le sort du Samoan Iosefa Tekori et de l’Ecossais Richie Gray.

Le « joker Coupe du monde », spécificité du rugby

Fin mars, bien avant la conquête du vingtième bouclier de Brennus, l’entraîneur toulousain affirmait craindre la saison à venir qui pourrait effectivement ressembler à une pantalonnade (les Clermontois ne diront pas autre chose). Mais comme le rugby a de la ressource, il a inventé le « joker Coupe du monde ». A partir de ce lundi et jusqu’au 9 septembre, les clubs pourront recruter des joueurs grâce à un contrat expirant au plus tard le 18 novembre, à raison d’un joker pour deux sélectionnés hors première ligne, et d’un joker pour chaque sélectionné en première ligne.

Un dirigeant toulousain a fait savoir à 20 Minutes qu’« il [était] encore trop tôt pour répondre » aux questions sur l’identité de ces intérimaires. Dans son podcast, Lacroix a quant à lui évoqué un « recrutement presque bouclé » à part encore « un ou deux jokers Coupe du monde » susceptibles de débarquer.

Le Sud-Africain Werner Kok sera l’un d’eux : son arrivée a été annoncée par l’agent de joueurs Laurent Quaglia sur les réseaux sociaux. Spécialiste du rugby à VII, ce trois-quarts polyvalent de 26 ans viendra renforcer un secteur sinistré avec une demi-douzaine d’absents pour cause de Mondial.

Sinon, le Stade Toulousain aimerait prolonger la pige plus que probante du deuxième ligne australien Richie Arnold (29 ans), avant que ce dernier ne reparte dans son club japonais de Yamaha Júbilo cet automne et qu’il ne soit remplacé par… son frère jumeau Rory. Cet autre Arnold, international Wallaby, est l’une des trois recrues longue durée à partir de la saison à venir, avec le troisième ligne d’Agen Antoine Miquel (25 ans) et le deuxième ligne de Nevers Bastien Chalureau (27 ans), formé à Toulouse.

Beaucoup de jeunes et des retours de blessure

Pour le reste, Toulouse comptera encore sur ses jeunes, avec notamment les retours de prêt de Bayonne de l’ouvreur sud-africain Tristan Tedder et de l’ailier Maxime Marty, champion du monde des moins de 20 ans en 2018. L’arrière-ailier Matthis Lebel, sacré l’an dernier avec Marty mais également cette année, aura aussi sa carte à jouer dans une ligne de trois-quarts dégarnie, mais qui devrait pouvoir compter sur les retours de blessure de Lucas Tauzin et Pierre Fouyssac.

Devant, il faudra sans doute patienter jusqu’à l’automne pour retrouver le pilier Dorian Aldegheri et le talonneur et capitaine Julien Marchand, victimes d’une rupture des ligaments croisés du genou pendant le dernier Tournoi des VI Nations. Bref, après la liesse du titre, la saison de Top 14 qui débutera le 28 août pourrait beaucoup moins sourire aux Rouge et Noir, orphelins en outre de William Servat, appelé chez les Bleus et remplacé par Virgile Lacombe dans l’encadrement technique.