Pro D2, Afrique du Sud, Australie… Le Stade Toulousain va multiplier les prêts avec intérêt

RUGBY Trois jeunes joueurs du Stade Toulousain sont actuellement prêtés en Pro D2. Et d'autres Espoirs vont découvrir des destinations plus lointaines, la saison prochaine...

Nicolas Stival

— 

L'ouvreur du Stade Toulousain Tristan Tedder face au Racing 92, le 5 août 2016.
L'ouvreur du Stade Toulousain Tristan Tedder face au Racing 92, le 5 août 2016. — R. Gabalda / AFP
  • Cette saison, Tristan Tedder crève l’écran à Bayonne, en Pro D2, au côté de Maxime Marty.
  • Pour Hugo Pirlet à Colomiers, la situation est plus compliquée.
  • La saison prochaine, de jeunes Toulousains iront chez les Waratahs, les Sharks et les Stormers, en échange de « jokers Coupe du monde ».

Fréquente dans le football, la pratique du prêt dans le rugby a longtemps été aussi rare qu’un jour sans vent dans le Lauragais. Au Stade Toulousain, tout a changé avec la « jurisprudence Ramos ». Après son brillant passage à Colomiers (Pro D2) en 2016-17, Thomas Ramos s’est imposé comme l’indiscutable arrière-buteur titulaire d’une équipe rajeunie et en reconquête.

Cette saison, trois joueurs sont partis s’aguerrir dans l’antichambre du Top 14 : l’ouvreur sud-africain Tristan Tedder (22 ans) et l’ailier Maxime Marty (20 ans) à Bayonne, leader de Pro D2 ; le pilier droit Hugo Pirlet (22 ans) à Colomiers, chez l’avant-dernier, après une année à Narbonne.

« On a souhaité conserver Guillaume Marchand ou Romain Ntamack car on savait qu’on pourrait leur donner du temps de jeu, explique Ugo Mola. Pour ces trois, qui évoluaient dans le championnat Espoirs, c’était très positif qu’ils passent par la Pro D2. Jérôme Cazalbou [manager du haut niveau au Stade] et Christophe Guiter [chargé du recrutement chez les jeunes] vont voir leurs matchs, et nous, entraîneurs, regardons les vidéos. »

Romain Ntamack et Maxime Marty pendant la Coupe du monde des moins de 20 ans remportée par la France, en juin 2018.
Romain Ntamack et Maxime Marty pendant la Coupe du monde des moins de 20 ans remportée par la France, en juin 2018. - P. Rodriguez / Sipa

Un premier bilan, avant la fin de l’année civile ? « Pour l’instant, c’est ultrapositif pour Tristan Tedder et Maxime Marty, juge Mola. La saison de Tristan est un peu à l’image de ce qu’avait réalisé Thomas Ramos à Colomiers. Hugo Pirlet joue un peu moins, mais le contexte de son club n’aide pas. Il y a peut-être un besoin de maturité à certains postes. »

Tedder la joue comme Ramos

Après la 15e journée de Pro D2, le week-end dernier, voici ce que cela donne, dans le détail :

  • Tristan Tedder : 12 matchs, dont 9 comme titulaire ; 80 points dont un essai ;
  • Maxime Marty (champion du monde des moins de 20 ans en juin dernier) : 8 matchs dont 7 comme titulaire ; un essai ;
  • Hugo Pirlet : 5 matchs, dont 3 comme titulaire (et un passage par l’infirmerie).

Un point sera fait quant à l’avenir du trio en janvier, en fonction des performances et des besoins du club aux différents postes. Tedder reviendra à coup sûr à Toulouse, malgré le souhait de l’Aviron Bayonnais de le conserver un an de plus. « Pour la plupart, ils réintégreront l’équipe, au moins pendant la Coupe du monde », complète Mola.

Car, magie du rugby, le Top 14 continuera, sans ses internationaux, pendant le Mondial japonais (du 20 septembre au 2 novembre 2019). Cela n’empêchera pas de nouveaux prêts en Pro D2. « Il y en aura trois ou quatre », selon Mola.

De jeunes Toulousains contre des « jokers Coupe du monde »

D’autres jeunes auront droit à des destinations plus lointaines. « En partenariat avec les équipes des Waratahs [Australie], des Sharks et des Stormers [Afrique du Sud], nous allons envoyer des garçons se préparer là-bas en 2019-2020, et participer aux championnats nationaux, dévoile l’entraîneur toulousain. Et nous, nous récupérerons des "jokers Coupe du monde" issus de ces formations. »

Tous les quatre ans, ces jokers, dont le nombre dépend du total des sélectionnés par club, font partie du paysage du rugby pro français. La saison prochaine, ils pourront jouer jusqu’au 18 novembre, soit après la neuvième journée du Top 14.