XV de France: Et si, avec Thomas Ramos, le Stade Toulousain tenait le futur arrière des Bleus?

RUGBY En pleine progression, sélectionné chez les Barbarians français, Thomas Ramos est l'une des sensations du début de saison...

Nicolas Stival

— 

L'arrière du Stade Toulousain Thomas Ramos contre Agen en Top 14, le 30 septembre 2017 au stade Ernest-Wallon.
L'arrière du Stade Toulousain Thomas Ramos contre Agen en Top 14, le 30 septembre 2017 au stade Ernest-Wallon. — P. Pavani / AFP
  • Thomas Ramos va défier les Maori All Blacks avec les Barbarians français, devenus l'équipe réserve du XV de France.
  • Arrière numéro 1 du Stade Toulousain, il est le meilleur réalisateur français du Top 14.

Thomas Ramos n’a pas joué les deux matchs de Challenge européen, à Sale (20-20) et contre Cardiff (15-17). Et il l’avoue : « J’avais un peu les boules, même si j’en ai profité pour couper. » L’arrière titulaire du Stade Toulousain pensait disputer la seconde rencontre. Il a finalement été ménagé dans l’optique du choc du Top 14, dimanche chez des Rochelais en feu, que son entraîneur Ugo Mola présente tout simplement « comme le favori pour le titre ».

L’actuel troisième du championnat aura bien besoin du deuxième meilleur réalisateur du championnat (83 points, juste derrière les 85 unités du Néo-Zélandais de Bordeaux-Bègles Simon Hickey) pour viser l’exploit dans un stade Marcel-Deflandre (encore) à guichets fermés.

>> A lire aussi : Top 14: Avec (enfin) un buteur de top niveau, le Stade Toulousain peut viser très haut

Revenu d’un prêt fructueux à Colomiers avec les titres de meilleur joueur et meilleur réalisateur de Pro D2, Ramos (22 ans) vient d’être retenu chez les Barbarians, désormais l’antichambre du XV de France, pour affronter les Maori All Blacks, le 10 novembre à Bordeaux.

« Je suis très content de mon début de saison, lâche le natif de Mazamet, qui vient de prolonger son contrat jusqu’en 2021. J’étais parti l’an dernier pour revenir plus fort. J’ai davantage confiance en moi, je tente un peu plus, même s’il y a toujours des points à corriger, comme mon attitude dans les rucks. »

En deux mois, Ramos et son physique quelconque à ce niveau (1,78 m, 87 kg) ont grimpé au quatrième rang dans la hiérarchie fluctuante des arrières tricolores. Il a doublé Brice Dulin (Racing 92) pour s’installer derrière Nans Ducuing (UBB) et Scott Spedding (Clermont), retenus pour affronter la Nouvelle-Zélande avec le XV de France le 11 novembre à Saint-Denis, mais aussi derrière Hugo Bonneval (Toulon) convoqué pour le curieux match du 14 novembre à Lyon, toujours face aux Blacks.

« Il reste encore des étapes », constate, lucide, l’intéressé. « Thomas est un garçon intelligent, qui sait qu’il a une marge de progression assez évidente », juge Mola. Y compris dans sa spécialité, les tirs au but.

Pas complètement satisfait de ses 80,6 % de réussite

« Mon taux de réussite est bon, mais il pourrait être meilleur si je n’avais pas manqué certaines pénalités faciles, parfois par manque de concentration, juge Ramos. Je me remets en question. » Avec 29 coups de pied passés sur 36 tentés, l’ancien Columérin affiche pourtant un 80,6 % de réussite en Top 14 tout à fait respectable. Mais quand on veut aller très haut, le mieux n’est jamais l’ennemi du bien.