Toulouse: L'ex-rugbyman Yannick Jauzion se lance dans la culture inédite du ginseng

RECONVERSION ZEN Trois après sa retraite sportive, le rugbyman Yannick Jauzion, aussi ingénieur agronome, se lance dans la phytothérapie. Avec ses amis, il cultive du ginseng en France, ce qui est inédit…

Helene Menal

— 

Yannick Jauzion dans un champs de ginseng.
Yannick Jauzion dans un champs de ginseng. — France Ginseng
  • L’ex-international Yannick Jauzion a préparé sa reconversion de longue date.
  • L’ingénieur agronome préside France Ginseng, le tout premier producteur de ginseng en France.
  • Elle commercialise depuis cet été sa première gamme de compléments alimentaires.

Quand il était joueur, le ginseng lui a toujours « fait de l’effet ». Et pas qu’à la libido. « C’était bon la forme et pour la lucidité. » En quittant les terrains, le rugbyman Yannick Jauzion, aussi ingénieur agronome, est donc revenu à la terre. Il préside désormais l’entreprise Ginseng France, la seule à cultiver et à transformer en France cette plante médicinale millénaire dont les Chinois gardent jalousement les secrets.

Une culture de l’ombre

Une aventure qui n’a rien d’une tocade. Voilà sept ans, soit quatre ans avant de quitter le Stade Toulousain, que le joueur s’est lancé avec ses amis dans la culture du ginseng. Avec pour principale difficulté de trouver de l’ombre dans la région toulousaine. Car les racines miraculeuses ne souffrent pas le soleil.

>> A lire aussi : «C’était plus sage de m’arrêter sur une bonne saison», confie Yannick Jauzion

Autres écueils, elles sont extrêmement sensibles à la pluie et n’atteignent une concentration optimale en principes actifs qu’après avoir lézardé au moins quatre ans sous terre. Le ginseng made in sud-ouest de la France est donc cultivé sous abris dans des « fermes solaires » bardées de panneaux photovoltaïques. La première graine a été plantée à Seysses, près de Toulouse, et la petite entreprise dispose désormais de 13 hectares de culture, chez trois agriculteurs de la région, qui sarclent à la main.

France Ginseng vient tout juste de récolter et de faire broyer sa première demi-tonne de racines de ginseng, « 100 % de traçabilité française ». Depuis août, grâce à des partenariats avec des laboratoires de recherche, elle commercialise via son site Internet et sous la marque « Jardins d’Occitanie » ses premiers compléments alimentaires. Pour les sportifs en gélules, pour une cure de tonus en poudre pure, ou pour renforcer son immunité, le ginseng français prend déjà plusieurs formes en attendant, peut-être, les infusions.

« Nous travaillons à l’élaboration d’une chaîne de distribution en France qui passera par les parapharmacies, les magasins bien-être mais aussi les thérapeutes », assure Yannick Jauzion. Il vise aussi clubs sportifs. Ils sont déjà pour la plupart convertis aux vertus du ginseng mais se fournissent en produits chinois…