Top 14: Avec (enfin) un buteur de top niveau, le Stade Toulousain peut viser très haut

RUGBY Buteur numéro 1 du Stade Toulousain, Thomas Ramos réussit un excellent début de saison. Et le club a d’autres recours…

Nicolas Stival

— 

L'arrière du Stade Toulousain Thomas Ramos contre Pau, en Top 14, le 2 septembre 2017 au stade Ernest-Wallon.
L'arrière du Stade Toulousain Thomas Ramos contre Pau, en Top 14, le 2 septembre 2017 au stade Ernest-Wallon. — P. Pavani / AFP
  • Meilleur réalisateur de Pro D2 la saison dernière, Thomas Ramos est le deuxième du Top 14 après huit journées.
  • Les autres buteurs du Stade Toulousain affichent un joli 100 % de réussite.

Encore un sans-faute. Samedi à Agen, pour la deuxième fois cette saison après Pau (23-19, deuxième journée), Thomas Ramos a passé tous les coups de pied qu’il a tentés, soit trois pénalités et une transformation.

Après un prêt très fructueux à Colomiers la saison dernière, à l’issue de laquelle il avait terminé meilleur réalisateur de Pro D2 (347 points), le jeune arrière toulousain de 22 ans a déjà enquillé 70 points, dont deux essais, depuis le début du championnat. Seul le demi d’ouverture néo-zélandais de Bordeaux-Bègles Simon Hickey a fait mieux au bout de huit journées (74 points).

En panne d’efficacité dans ce secteur ces dernières saisons, le Stade a enfin récupéré un joueur capable de faire fructifier le travail de ses avants. « Thomas est un grand buteur », apprécie l’arrière-ailier Maxime Médard, concurrent direct mais beau joueur. Toulouse a bien fait de retenir le natif de Mazamet, courtisé par Toulon cet été.

>> A lire aussi : «Je serai un joueur du Stade Toulousain», assure Thomas Ramos, courtisé par Toulon

Avant le déplacement victorieux à Brive, le 23 septembre (19-22), Ugo Mola avait reconnu que Ramos lui enlevait une grosse épine du pied. « Nous avons souffert de ce souci et j’ai été le premier à subir le fait que nous ne puissions pas remporter des matches qui très souvent nous tendaient les bras », avait lâché l’entraîneur toulousain. Pour l’heure, Ramos a passé 24 de ses 29 tentatives, soit 82,8 % de réussite.

Mais il n’est pas tout seul à assumer cette lourde charge, et sa dynamique semble contagieuse. Ménagé pour le déplacement à Toulon, l’arrière avait été parfaitement suppléé par Jean-Marc Doussain (quatre coups de pied sur quatre), pourtant pas toujours heureux les saisons passées.

Près de 85,7 % de réussite totale

L’Australien Zack Holmes et le tout jeune Romain Ntamack ont aussi chacun passé l’unique transformation qu’ils ont tentée. Au total, les buteurs stadistes affichent un pourcentage de réussite de 85,7 %, dans les standards du très haut niveau vers lequel l’actuel troisième du Top 14 essaie de tendre de nouveau.

>> A lire aussi : Stade Toulousain: Baptême réussi pour Romain Ntamack, le (tout) jeune prodige du rugby français

Et Mola a d’autres recours en cas d’absence ou de défaillance passagère de ces buteurs, avec Cheslin Kolbe, Sébastien Bézy et, pour les pénalités plus lointaines, Florian Fritz. Selon son entraîneur, Gaël Fickou présente aussi des arguments, mais des soucis de pubalgie l’ont contraint à « zapper » quelques séances de tirs au but à l’entraînement. Malgré cette abondance, le très fiable Ramos, dont le contrat expire au terme de la saison, reste le choix numéro un.

Dimanche face à Clermont, il se frottera probablement àl’ouvreur international Camille Lopez, pas maladroit non plus dans l’exercice.