JO 2024: Tahiti candidate pour accueillir les compétitions de surf

COMPETITION La candidature de cette collectivité d’Outre-mer est prise « très au sérieux » par le comité d’organisation des Jeux olympiques

20 Minutes avec AFP

— 

Kelly Slater en 2015 à Tahiti.
Kelly Slater en 2015 à Tahiti. — GREGORY BOISSY / AFP

Une épreuve des JO de Paris-2024 en outre-mer ? La Polynésie française est candidate pour accueillir les compétitions de surf aux Jeux olympiques dans cinq ans, sur l’île de Tahiti. Le site de Teahupoo possède « la vague la plus dangereuse et la plus belle du monde », a indiqué mercredi la délégation de la Polynésie à Paris. Il accueille déjà le championnat de monde de surf masculin.

A ce stade, trois autres sites ont déjà annoncé qu’ils se lanceraient dans la course, d’ici au 15 juillet, date fixée par le comité d’organisation des JO (Cojo) pour recevoir les candidatures : il s’agit de Biarritz, alliée à trois communes des Landes (Capbreton-Hossegor-Seignosse), Lacanau (Gironde) et le site de La Torche (Finistère).

« Un signe fort »

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le vice-président Teva Rohfritsch, avaient été reçus à Paris le 18 juin par le président du Cojo, Tony Estanguet, et le délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques, Jean Castex. Cette « candidature est prise au sérieux. Avoir des épreuves en outre-mer, ce serait un signe fort », a indiqué un proche du dossier.

Le Cojo de Paris-2024 lance officiellement mercredi l’appel à candidatures pour choisir le site de surf, au lendemain de la validation par le Comité international olympique (CIO) des quatre sports additionnels proposés par Paris-2024 : outre le surf, figurent le breakdance, l'escalade et le skateboard.

La vague naturelle privilégiée

Le Cojo a fixé une date limite au 15 juillet, « afin de pouvoir visiter dès cet été les villes candidates en configuration "réelle", au plus proche des conditions (météo, mer) dans lesquelles se tiendraient les épreuves à l’été 2024 », a indiqué Paris-2024 dans un communiqué.

« Le choix du site des compétitions de surf devra s’inscrire dans la vision de Paris 2024 pour des Jeux durables et responsables, et n’impliquera pas la construction de site pérenne. Paris 2024 privilégiera une vague naturelle, la France disposant de nombreux sites reconnus pour la pratique du surf, en métropole comme en outre-mer », précisait aussi Paris-2024 mardi. Parmi les critères, « les caractéristiques sportives et techniques, l’engagement des territoires, le potentiel touristique ». Le site devrait être choisi en début d’année 2020.