Vincent Collet est arrivé à la SIG en 2011.
Vincent Collet est arrivé à la SIG en 2011. — G. Varela / 20 Minutes

BASKET

Strasbourg: Vincent Collet entraîneur de la SIG encore un an, pas plus

Le sélectionneur de l’équipe de France restera le coach de la SIG la saison prochaine. Vincent Collet pourrait ensuite devenir directeur sportif du club alsacien. Ou entraîneur ailleurs

  • Le président de la SIG a proposé début juin au sélectionneur de l’équipe de France une autre fonction après la fin de son contrat d'entraîneur en 2020. « Un poste de direction » en « contrat à durée indéterminée », détaille Martial Bellon.
  • « Je vais réfléchir, je n’ai pas de réponse pour l’instant car je n’ai appris cette décision que la semaine dernière. Je dois me donner le temps », annonce Vincent Collet. Il glisse toutefois: « Moi je suis totalement coach dans ma tête. »

Une dernière année de contrat et puis c’est tout. Vincent Collet sera encore l’entraîneur de la SIG à la rentrée mais ce sera sa dernière saison sur le banc strasbourgeois. Le président du club alsacien, Martial Bellon, l’a annoncé ce mardi.

La victoire en Leaders Cup en février dernier n’a pas vraiment sauvé le bilan de l’équipe strasbourgeoise. Sortie dès les phases de groupe de la Ligue des Champions, elle n’a pas été beaucoup plus loin en Jeep Elite. Après une poussive 7e place en saison régulière, les partenaires de Florent Piétrus ont été éliminés par Dijon dès les quarts de finale des play-off. Pour, au final, signé l’un de leurs plus mauvais exercices depuis 2012.

Est-ce que ce recul dans la hiérarchie française a poussé Martial Bellon à vouloir changer d’ère ? Le dirigeant ne l’a pas dit comme ça, mais ça y ressemble. « Vincent a été coach pendant neuf ans, c’est très long et rare dans le basket français, a-t-il expliqué. Ce métier est très exigeant… Maintenant, c’est à lui de voir ce qu’il veut faire de sa fin de carrière. »

« Je suis totalement coach dans ma tête »

Le président de la SIG a une petite idée. Il a proposé début juin au sélectionneur de l’équipe de France une autre fonction, « un poste de direction » en « contrat à durée indéterminée ». En clair, Vincent Collet, 56 ans, s’occuperait du secteur sportif au sein du club alsacien, en plein développement avec la création de son Arena.

Qu’en pense le technicien ? « Je vais réfléchir, je n’ai pas de réponse pour l’instant car je n’ai appris cette décision que la semaine dernière. Je dois me donner le temps », répond-il poliment avant de glisser une phrase lourde de sens : « Moi je suis totalement coach dans ma tête. »

« On a connu une resignature qui s’était mal passée »

Le champion d’Europe 2013 avec les Bleus aurait peut-être même voulu prolonger l’aventure dans le Bas-Rhin… « Mais ce n’est pas moi qui suis décisionnaire dans ce domaine », élude-t-il. C’est son président, qui en a donc voulu autrement et en a fait l’annonce très tôt. Trop tôt ?

« La saison prochaine, on sera revanchard et je veux qu’on puisse se concentrer uniquement là-dessus », se défend Martial Bellon. « On a connu une resignature de contrat qui s’était mal passée en avril 2016. Vincent avait eu proposition mais n’y avait jamais répondu. C’est pour cela qu’il était parti [avant de revenir quatre mois plus tard]. On veut éviter que ça ne se reproduise. Je sais qu’il est très attaché à la SIG. Je serais heureux qu’il accepte de nous accompagner encore un peu. » Un peu plus haut que sur le banc.