Bourges-Montpellier: Marielle Amant, une braqueuse pour rallumer la flamme du BLMA

BASKET Marielle Amant est de retour de blessure pour les play-offs. Pas à 100 %, mais si importante au BLMA qui tente de faire le deuil de l’Eurocoupe

Jerome Diesnis

— 

Marielle Amant (BLMA)
Marielle Amant (BLMA) — The Agency / BLMA
  • Après une absence de cinq mois due à son opération du genou, la pivot internationale aux 91 sélections, Marielle Amant, est de retour pour les play-offs. Montpellier se rend à Bourges ce samedi en demi-finale aller de la LFB.
  • « C’était dur pour elle. Mais elle n’a pas lâché le groupe, on ne l’a pas lâchée non plus », souligne sa partenaire en équipe de France et au BLMA, Romane Berniès.
  • « On le sait, elle ne sera pas vraiment prête pour les demi-finales, évoque le coach Thibaut Petit. Mais ne serait-ce qu’une minute, pour faire souffler les intérieures, apporter sa densité physique et son jeu défensif, ce sera déjà fantastique ».

« Ce n’était plus possible ». C’était il y a cinq mois, après une triste défaite sur les terres du Landerneau. Le cartilage du genou qui fait des siennes et Marielle Amant préservée des graves blessures jusqu’à ses 29 ans, devait passer sur la table d’opération. « J’ai vécu des moments très compliqués, reconnaît-elle. C’est ma première saison blanche. »

Marielle Amant (BLMA)
Marielle Amant (BLMA) - Matthieu Metivet / The Agency / BLMA

La Braqueuse aux 91 sélections était venue à Montpellier pour retrouver le plaisir de jouer, après une quatrième année compliquée à Villeneuve d’Ascq. Son corps l’a rattrapée. Cinq mois sans jouer, « c’est très long. Heureusement, je suis superbien entourée par les coéquipières. » Comme sa pote Diandra Tchatchouang. « La dynamique dans l’équipe est superbe. On n’est pas seulement des collègues de travail qui ne se voient qu’à l’entraînement. On fait des choses hors du terrain. Ça nous a permis de garder un lien. Même blessée, Marielle a toujours fait partie de l’équipe. » Romane Berniès opine : « Elle a été géniale, tout le temps à nous encourager. C’était dur pour elle. Mais elle n’a pas lâché le groupe, on ne l’a pas lâchée non plus. »

« Le sale boulot »

Saison blanche ? Pas tout à fait. Mardi, surprise… La vice-championne d’Europe 2013 et 2017 est entrée sur le parquet lors du quart de finale d’appui contre Basket Landes. Quatre petites minutes. Mais quatre minutes qui marquent le début du renouveau. « Mon retour n’était pas prévu comme ça. Je n’ai pas eu le temps d’avoir de l’appréhension », explique-t-elle. « Elle ne s’y attendait pas. Elle a fait un entraînement collectif la veille. J’ai eu le feu vert du médecin. La faire jouer, c’était une façon de lui dire “vas-y”, précise le coach Thibaut Petit. On le sait, elle ne sera pas vraiment prête pour les demi-finales. Mais ne serait-ce qu’une minute, pour faire souffler les intérieures, apporter sa densité physique et son jeu défensif, ce sera déjà fantastique. »

Marielle Amant (BLMA)
Marielle Amant (BLMA) - Armand Lenoir / The Agency / BLMA

Montpellier a rendez-vous avec Bourges, samedi, en demi-finale aller du championnat. Un bras de fer qui devra d’abord se gagner en défense. Et ça, la Martiniquaise sait faire. « En plus d’avoir un très bon shoot, elle est toujours là pour le sale boulot. Elle fait les écrans, se bat en défense », détaille Edwige Lawson-Wade, directrice sportive du BLMA, son ancienne coéquipière en Bleues à l’origine de sa venue.

« Ce sera notre joker », conclut Romane Berniès. Un joker qui n’a connu la défaite en finale de l’Eurocoupe que par procuration. Le BLMA a-t-il fait le deuil de cette finale retour ratée ? Pas sûr, au regard des deux premiers matchs des quarts de finale. Le troisième – « où elles ont enfin joué à leur niveau », note Céline Dumerc, l’ex-meneuse emblématique de l’équipe de France – a chassé quelques nuages. Le vent de fraîcheur apporté par Marielle Amant ne peut avoir que des vertus positives.